This is a cloud of smoke
Trying to occupy space

 

 

I Didn't Understand, Elliott Smith



Derniers Textes

Archives 2014
Archives 2013

Archives 2012

Archives 2011

Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Vieilleries

 


 

[L'auteur]

Marlène TISSOT est venue au monde inopinément. A cherché un bon bout de temps avant de découvrir qu'il n'y avait pas de mode d'emploi. Sait dorénavant que c'est normal si elle n'y comprend rien à rien. Raconte des histoires depuis qu'elle a dix-ans-et-demi et capture des images depuis qu'elle a eu de quoi s'acheter un appareil. Ne croit en rien, surtout pas en elle, mais sait mettre un pied devant l'autre et se brosser les dents. Ecrira un jour l'odyssée du joueur de loto sur fond de crise monétaire (en trois mille vers) mais préfère pour l'instant se consacrer à des sujets un peu moins osés.

PS : J'ai aussi un petit oiseau bleu, pas du genre qui palpite dans la cage thoracique, mais du genre que je nourris assez peu, du genre qui fait un peu ce qu'il veut, il n'est pas dans une cage et les fils à la patte, c'est pas mon truc... N'empêche, j'ai un petit oiseau bleu.

 


 

[Bibliographie]

 

[Voir la liste complète ICI]

 

Lame de fond

Ed. La Boucherie Littéraire

 

 


 

Histoires (presque) vraies
Editions Pédalo Ivre

 

 


 

Le poids du monde
Editions Lunatique


 


 

J'emmerde...

Editions Gros Textes

 

 


 

Sous les fleurs de la tapisserie

Editions Le Citron Gare

Illustrations de Somotho
Lauréat du prix du CoPo 2015

 

 


 

Mailles à l'envers
Editions Lunatique, collection Romans

Primé au festival Premier Roman de Laval
 


Sélectionné pour représenter la France au Festival Européen du premier roman à Kiel

 



Les choses ordinaires
Kiss My Ass Editions
 

 


 

Mes pieds nus dans tes vieux sabots bretons, collection 8pA6 de La Vachette Alternative


 


 

Nos parcelles de terrain très très vague, Éditions Asphodèle, Collection Minuscule

 

 


 

London Trip Diary, At Home Editions

 


disponible via

 


 

Celui qui préférait respirer le parfum des fleurs, collection 8pA6 de La Vachette Alternative

 



[Voir la bibliographie complète]
 



 

[Parutions en revue]

 

A la dérive - L'Angoisse - Borborygmes - Cabaret - Charogne - Chos'e - Coaltar - Cohue - Comme en poésie - Dissonances - Diptyque - Freak Wave - Interlope - Interruption - I.H.V - Katapulpe - L'Ampoule - L'Autobus - Le Chant du Monstre - Les Cahiers d'Adèle - Les tas de mots - Levure Littéraire - Mauvaise graine - Microbe - Magnapoets - Népenthès - Nouveaux Délits - Poésie/Première - Revue Squeeze - Traction Brabant - Trace écarT - Le Zaporogue 


 

[Participations]

 

CroutOthon - FPDV - Le Quotidien des Martyrisés - Les 807 -  Les Etats Civils - Les Histoires Noires - OnLit - Sistoeurs.net - Vents Contraires - Vous dites ? 
 



[Email]

 

marlene.tissot@gmail.com
 

[Marlène ailleurs]

 

Sur Flickr
Sur DIYZines
Sur Vents Contraires

Sur On Lit

Sur Les Etats Civils
Sur Sistoeurs.net
Sur Fulgures.com

 


 

[Liens]


 

[Note]

 

Licence Creative Commons
Les textes et photos de Marlene Tissot sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://monnuage.free.fr

 

 

 

 

Dimanche 28 août 2016

L'humeur du dimanche : La légèreté

"Plus je vieillis et plus je trouve qu'on ne peut vivre qu'avec les êtres qui vous libèrent et qui vous aiment d'une affection aussi légère à porter que forte à éprouver."
[Albert Camus,17 septembre 1957 - in Albert Camus, René Char. Correspondance 1946-1959]

Samedi 27 août 2016

Mot barré #54


Vendredi 26 août 2016

Il disait

Il disait qu'il m'aimait
Je me souviens des mots, pas de la voix
Il le disait après, d'un air un peu triste
Jamais avant
Avant, il était comme enragé
Un animal affamé et, ma peau
Il disait qu'elle sentait tellement bon
Il le disait avant
Je me souviens des mots, pas de la voix
[Extrait de "Amnésie(s)", en cours]
 


Dimanche 21 août 2016

L'humeur du dimanche : après la pluie


 


Vendredi 19 août 2016

Tout reste à faire même si c’est pas grand-chose

Ouvre les yeux
Respire
Redresse-toi
Attrape-toi par le colbac s’il le faut
Te laisse pas tomber
Regarde
REGARDE
Ailleurs
De l’autre côté, vers l’extérieur
Le monde est plus grand que ces univers en guerre sous ta peau
Tu n’es pas une fin en soi
Tu n’es pas une fin
Ni un début
A peine un épisode
(un peu raté)
Ecris la suite
Invente-toi
Crée quelque chose au lieu de te détruire
Rien ne pourra être recommencé
Tout reste à faire même si c’est pas grand-chose
Même si c’est juste peindre les culottes de grand-mère étendues dans le jardin voisin
Même si c’est juste recomposer la mélodie du silence

 


Mercredi 17 août 2016

Sutures

Est-ce que ce sont les langues
Qui se trompent
De mot ?
De sens de rotation ?
Tu tires sur l’instant pour l’allonger
Et il te claque entre les doigts
L’important, c’est pas la liberté dont on se prive
Mais celle qu’on ravale comme une fierté empoisonnée
Et dans la nuit des corps absents
Tu cherches l’endroit de la blessure
Tu sutures les peaux mortes
Mais l'ombre continue de saigner sur la lumière

 


Mardi 16 août 2016

Poussière de vie

Si j’étais moi, je veux dire un moi entier, sans les trous noirs dans la galaxie de mon crâne, je pourrais raconter l’histoire en entier, ton histoire mienne, mon passé tien que je ne maîtrise pas, ces univers blessés, les comètes, les planètes invisibles, les météorites, les cicatrices qu’elles ont laissé en forme de cratères, si j’étais un moi entier avec une mémoire entière, je pourrais être un univers, je pourrais être autre chose qu’une poussière de vie en suspension dans le néant.
 


Lundi 15 août 2016

Un arbre mort

Je déshabille le monstre en moi
La lumière me traverse comme un flacon
Et révèle la liqueur sous ma peau
J’ai la nostalgie de ce qui n’arrivera jamais
L’ailleurs est partout
Sauf ici
Et je reste plantée
Comme un arbre mort sans le savoir

 


Dimanche 14 août 2016

L'humeur du dimanche : Un peu perdue

 


Lundi 1er août 2016

Les mots

On colle des mots sur les choses
les instants
sur tout ce à quoi on cherche à
donner une forme compréhensible
contrôlable
mais il y a tellement de choses
d'instants
qu'aucun mot
aucune règle
ne saura jamais dire
 


Dimanche 31 juillet 2016

L'humeur du dimanche : Trouver le courage de rêver encore


[Londres mai 2016, photo Marlene T, affiche by Donk!]
 


 

Samedi 30 juillet 2016

Mot barré #53


 


Jeudi 28 juillet 2016

Le complément d’abject

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le corps à terre et la tête en orbite
Communication coupée
Apesanteur
Voyage dans la galaxie d’une éternité provisoire
La nacre des questions jamais posées
Hors de portée de l’injonction à l’obsession

Ne pas accorder le complément d’abject avec la peur
Le business de l’amour ne fait plus recette
La haine se vend par paquet de douze, comme les rouleaux de pq

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le risque d’intempérie qui torpille les torpeurs
La chute est fragile mais les reins sont solides
J’avoue, j’ai tué
Eventré le sens de la réalité
Etranglé mes sentiments
Décapité mes lâchetés

La socio-logistique, hangars pleins, regards vides
Gestion maladroite des stocks d’options
Il n’y a pas que vu du ciel que l’Homme est minuscule
 


Mardi 26 juillet 2016

La paresse des machines

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Embouteillages sur l’autoroute du sommeil
Pas d’aire de repos en vue
Les endorphines aphones
Et le silence incapable d’absorber mes peines de corps
J’hésitais entre épouvante et émerveillement
Le chagrin à géométrie variable

La mélancolie fade de ce qu’on a cru beau
Comme un ciel ordinaire à travers des vitraux
L’étrange n’est pas toujours surprenant

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Perdue dans la traque frénétique de l’instant
Qui à lui seul vaudra d’avoir vécu
Et qu’est-ce qu’on en sait, au fond
S’il n’en viendra pas de meilleurs ?
A quoi bon dissoudre les restes d’espoir ?
Se laisser contaminer par la médiocrité ?

On ne parle pas assez de la paresse des machines
Ni de notre lente métamorphose
Face à ceux qui domptent les rêves comme des animaux dociles
 


Dimanche 24 juillet 2016

L'humeur du dimanche : Souris, c'est l'été

[Pour écouter "In the summertime", c'est ICI]

 


Vendredi 22 juillet 2016

J'emmerde la vérité nue [new]

Je milite activement
pour la réhabilitation
du mensonge par omission
 


Jeudi 21 juillet 2016

En attendant la fin de l’histoire sans fin

Le choc des soirs
Le poids des matins
L’écho des fureurs contre la paroi blanche des nuits
Construire un mur autour
L’articulation ne résout rien quand les mots sont prisonniers
J’écoute le bourdonnement d'un récit sans fin parce que jamais raconté
Il doit bien exister un moyen de crever la peau du passé
 


Mardi 19 juillet 2016

J'emmerde les calculs inutiles [new]

Et si les petits riens
Mis bout à bout
Faisaient un grand tout ?
 


Dimanche 17 juillet 2016

L'humeur du dimanche : un peu perdue


 


Jeudi 14 juillet 2016

J’emmerde l’ordre des choses [new]

Est-ce qu’il y a des larmes
qu’on mérite de
pleurer ?

 


Mercredi 13 juillet 2016

La croissance rapide du mépris

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Ça devient vite assommant, un spectacle ni-son-ni-lumière
L’horizon chauve d’une lune à zéro
Les nuances et les dégradés
L’intendance sentimentale
Le charme discret des valises sous les yeux
J’ai des bagages pleins de rêves
Mais aucun lieu de villégiature où les déposer

Je prête à confusion
J’emprunte à profusion
Je bosse en sous-marin à la cour des contes de fée

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Pas besoin de mobile valable pour tuer le temps
On est tous un peu rat de laboratoire sans le savoir
Imbroglios, subterfuges
Et tout ce qui favorise la croissance rapide du mépris
Les gestes mécaniques rouillés
Le porno chic, l’érotisme égotique
On confond parfois les reliefs de l’usure avec le paysage
 


Lundi 11 juillet 2016

La taille des attributs du sujet

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
La quête d’absolu en perdition
Je dilapidais mes derniers alibis
Le tassement imperceptible du refus
La fonte du corps défendant
Il arrive un moment où il faut affronter la canicule

Plus-très-vierge ascendant ex-frigide
J’ai l’oasis à sec
Le terrain qui divague
S’il te plait, déride-moi l’aride

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Je graduais l’intervalle entre la douleur et l’extase
Le plafond placide assistait au va et vient du rien
La métaphore de l’effort vain
La taille des attributs du sujet
Disséquer l’instant sans comprendre l’anatomie du plaisir

Ne me claudique pas le cœur
Contente-toi de me trébucher la peau
Epingle-moi le virage dangereux
Je voudrais goûter au vacarme de la collision

 


Dimanche 10 juillet 2016

L'humeur du dimanche : Choisir

"L'important ce n'est pas ce qu'on a fait de moi,
mais ce que je fais aujourd'hui avec
ce qu'on a fait de moi
"
Jean-Paul Sartre


[Source images ici]
 


Samedi 9 juillet 2016

L’éthique du narcoleptique

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Par chance, j’avais pas d’impératifs matinaux
Plus on cherche à m’orienter professionnellement
Plus je perds le nord au quotidien
Pas facile d’être aussi convertible qu’un canapé
C’est pas le manque d’ambition
Ni la nécessité d’aboutir à
Juste l’horizon qui recule à mesure que j’avance

Qu’est-ce que tu deviens ? C’est quoi tes projets ?
Les questions en conserve, sous vide de sens
Ça dépend, tu veux une réponse aseptisée ?

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
A défaut d’autre chose, je résumais les hypothèses
Je testais le principe d’inertie
Y a pas de mal à tenter d’apprivoiser l’immédiat
Un quiproquo est si vite arrivé
Les pilules à gober, le sirop contre tout
La puissance de l’industrie pharmaceutique
L’éthique du narcoleptique

Il y en a des qu’on n’endort pas si facilement
De la théorie à la pratique
C’est surtout le désespoir qui pousse à croire
 


Jeudi 7 juillet 2016

Mot barré #52


Mercredi 6 juillet 2016

Le cumul des tumultes

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Ma peau nue en guise de tenue de gala
J’ai imaginé un tapis rouge, une caméra
Remonter le drap sur mon cul, par pudeur
Couchée en chien de fusil
Brandir un flingue factice, mimer la scène, pan !
Jamais été très douée pour simuler la mort
La vie non plus, d’ailleurs

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
L’envie de me mettre au rouge
Le vert, c’est surfait
Sublimer chimiquement la douleur, m'évaporer
Lutter contre le cumul des tumultes
Et la détresse des cheveux qui évitent la caresse
J’ai fait voeux de brièveté
Pas certaine d’être exaucée
 


Mardi 5 juillet 2016

Mot barré #51


Lundi 4 juillet 2016

Consumons nous à outrance

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Cartes écarlates, tarot taré
Je préfère prédire mon avenir à la force du poignet
T’en fais pas, tout n’est jamais que provisoire
La taille des sexes, la durée de l’amour, on s’en fout
En électricité, ce qui compte, c’est pas la tension
C’est l’intensité

Coucher le soleil et le border
Tromper la lune
Brancher mon corps à la prise cardiaque

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Transe, présage, fétiche
Choisis ton arme
Consumons nous à outrance
Pyromanipulation, laser-épilation
Le définitif a son charme en période de crise
Soyons impénitent du spectacle amoureux

Une grande balafre en forme de sourire
Je me trouverai belle un jour
Quand les miroirs auront des dents

 


Dimanche 3 juillet 2016

L'humeur du dimanche : Ce qui pousse là-dedans

[Source image : Katepowellart]

 


Samedi 2 juillet 2016

L’écran totalitaire

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le présent en retard, timing aléatoire
Timidité d’un ciel pas encore né
Une scène hors champ, hors temps, hors propos
Je suis hors de moi, trop souvent
Et parfois, ça coute chair

Esquiver l’estival
Galvauder tes regards pour ne pas m’y abîmer
Le corps sage sous le chemisier

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
La dévastitude du champ des possibles
Accoucher de cinq fruits et légumes de mes entrailles
L’arroseur arrosoir
Ecosser les petits poids sur la conscience
Du jus d’orage au coin des lèvres
Ta part d’innocence, mon surcroit d’ignorance

Cerner la lumière au-delà de l’écran totalitaire
Il y en aura toujours pour posséder le talent de
Réinventer la guerre
 


Jeudi 30 juin 2016


Virtuose de l’ecchymose

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
La veille en mode exponentiel
Hexadécimer le mal à la racine
L’odeur de clope des souvenirs mal éteints
Déplier le monde comme une lettre anonyme
Je suis sans doute plus coupable que capable

Il faut distraire les sentiments
Diminuer la réalité augmentée
Ecarteler l’éphémère
Ne pas céder à l'absurdistance de sécurité

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
La pliure de l’instant aussi rigide qu’un mur
La fuite avinée, l’anévrisme futile de l’exil
Rêver à ta salive sur le bout de ma langue
L’approximation de la langueur amoureuse
Pleure, tu pisseras moins dans un violon

N’y a-t’il que le combat qui sache être loyal ?
Bataille éternelle entre le pénultième et l’ultime
Le chatoiement du vague à l’âme
Je suis virtuose de l’ecchymose

 


Mercredi 29 juin 2016

Mot barré #50

 


Lundi 27 juin 2016

Voleur de feu

Le troisième numéro de la belle revue Voleur de feu est disponible ICI
Chaque numéro présente un duo artiste-auteur. Dans ce dernier, intitulé "Mise à nue", mes textes accompagnent les magnifiques oeuvres d'Annie Kurkdjian

 


Dimanche 26 juin 2016

L'humeur du dimanche : Aller au bout


[Création Emeline Girault]

 


Samedi 25 juin 2016

Parc d’attraction-répulsion

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
D’un clic de paupière, ouvrir une nouvelle page blanche
Sur un malentendu, j’ai fait l’erreur de lire mon horoscope
Les miroirs et les alouettes
Courir après le reflet d’une idée fausse
La transfusion mesquine et l’influence des magazines

Sacrifier le doute
Sanctifier le mouvement
Pourquoi les actes devraient-ils compter plus que les mots ?

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le flux matelassé de la lévitation ratée
Remuer existentiel et terre
Parc d’attraction-répulsion
Concert clandestin sous les voutes d’une veine cave
Calculer la variable qui régit l’espace entre deux corps

La carcasse du désir
Les cadavres de caresses
Et tout ce qu’on laisse crever par lâcheté
 


Jeudi 23 juin 2016

Se racheter une conscience à crédit

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Des heures à plagier le sommeil impunément
A guetter la désinvolture puante de l’haleine matinale
Je gouverne assez mal ma république du corps
De brasse coulée en soir ivresque
Je m’horripile le maillot pour personne
Je traverse le mur du sans

Se coller l’épistolaire dans la poche révolver
Des mots à relire plus tard
Quand les amants peinent à jouir

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Pelotes de nerfs
Aiguilles à tricoter la rage
Dilapider la patience
Se racheter une conscience à crédit renouvelable
Ravaler les couleuvres
Laver les couleurs séparément

Glisser les hématomes dans la glacière
Il est temps de remonter les culottes
Et pour la cuisson de l’aube, ce sera saignant
 


Mercredi 22 juin 2016

Mot barré #49


Mardi 21 juin 2016

Des gens qui existent vraiment

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
J’ai boxé l’oreiller à mains nues
Vaincu au premier round, le tas de plumes au tapis
Il aurait pu faire un effort, résister, cogner un peu
Me faire danser des étoiles devant les yeux
Me refourguer quelques grammes de poudre aux yeux
Un rail de poussière de rêve

J’envie la plénitude des lézardes dans le murmure
Mais les destins cadastrés me font flipper
Il y a les coutures du temps qui lâchent

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
De promenade en promesse, guetter le cri du soleil
La cavalcade des troupeaux de cigarettes sauvages
Ternir les désastres, faire reluire les quêtes d’absurde
Brosser les clichés dans le sens du poil
Encoller le protocole
Tapisser l’antichambre du ras-le-bol

A l’heure des montres en panne
J’emprunte des vies, je les joue mal
Parait qu’il y a des gens qui existent vraiment
 


Dimanche 19 juin 2016

L'humeur du dimanche : Arimer les humeurs


[Robert et Shana ParkeHarrison]
 


Vendredi 17 juin 2016

J'emmerde les bonimenteurs [new]

on nous vend des demains qui ne sont
rien de plus qu'une utopie
déguisée en futur proche
 


Jeudi 16 juin 2016

La surface muette du rationnel

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
La peau troublée d’aspérités expéri-mentalement précoces
Démangeaisons saisonnières assaisonnées à la forestière
Des envies de clairière et ton talc aux arômes boisés
C’est dingue, la vitesse de la lumière de certaines affections
Un coup à se phosphater la rate avant qu’elle se dilate

Faut décaper le paysage
Javelliser la connerie crasse
Rendre aux amours de pacotille leurs lettres de noblesse

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Je guettais l’heure où le ciel prendrait la couleur de la terrasse
Celle de juste avant ta peau
Balayer la surface muette du rationnel
Cueillir les arabesques des idées sans queue ni tête
J’ai la métaphysique parfois un brin gériatrique

La maladresse des soirs qui n’envisagent pas de lendemain
L’effroi du chaud, la saveur des chimères et
Les mots crus en guise de déclaration pudique
 


Mercredi 15 juin 2016

Renverser la valeur

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Appliquée à l’immobilisme dans la grande rotation nombriliste
Oublier l’arrière aorte et les fenêtres sur coeur
Compter mine de rien l’intervalle entre l’étincelle et l’explosion
L’incohérence m’habite et la tienne est étonnante
Kaléidoscopique et pique et colégrame
Bouquets d’instants ratés qu’on laisse sécher
Dans l’espoir de les transformer en souvenirs immortels

Pas facile de jouir à côté d’un dormeur factice
Qui guette mine de rien les mouvements
Au cas où te vienne l’idée de (non rien, t’es assez grand pour imaginer)

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Devenir dingue à force de tenter d’éradiquer ma folie
Les âmes ne se vendent plus au kilo, elles se marchandent au marché noir
Entre le grand brillant des chaussures soigneusement cirées
Et la pâleur du ciel de l’ordinaire
Faire trébucher le mouvement plutôt que le suivre
Concrétiser la boursoufflure
Renverser la valeur et la faire sienne
 


Mardi 14 juin 2016

Les plaques d’égout

Il m’arrive de me demander
Parfois
Si les gens
(Parce qu’il y a des mères au foyer
Des retraités
Des chômeurs
Des comme moi
Précaires
Pas grand choses
Des qui n’ont rien de mieux à foutre)
Il m’arrive de me demander si certains
Dans un moment d’ennui subit
Regardent à la fenêtre
M’observent aller
Chercher le courrier
Se demandent la raison de
Mes pas incertains
Irréguliers bancales
Ma manière d’éviter
Les jointures entre les dalles
La plaque EDF
La plaque d’égout tout
Près de la boite aux lettres
Compter un deux trois
Chercher le nombre premier
Mes pas incertains et pourtant
Fébrilement calculés
Il m’arrive de me demander si
Comme moi parfois
Les voisins
N’ont rien de mieux à foutre
Que se dire
Décidément, les autres sont pires
Et parfois, ça soulage

 


Lundi 13 juin 2016

De la friture sur la ligne d’horizon

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Je cherchais à désapprendre l’art de la résignation
Dans la nudité crue du silence
Désinvolture de la posture faussement relaxée
L’ineptie du non-geste dans le jus d’une réalité factice
Eradiquer mes anomalies saisonnières
Tout miser sur la bonne humeur provisoire

Les dealers de désespoir oeuvrent à visage découvert
Au bord des autoroutes médiatiques
Il n’est pas inutile de le rappeler

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
J’en perdais mon lapin, posé là à tes pieds
Nous nous reverrons, ne t’en fais pas
Il y aura de la friture sur la ligne d’horizon
Et la trotteuse poinçonnera nos tickets pour l’avenir
En attendant, tu peux me froisser, me jeter
Je suis biodégradable

Mimer, deux doigts sur la tempe
La chorégraphie stérile d’une lâcheté ordinaire
Cultiver la politesse sous serre
 


Dimanche 12 juin 2016

L'humeur du dimanche : des envies comme ça


[Source image ICI]

 


Samedi 11 juin 2016

Raisonnement par l'absurde

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Perchée sur un échafaudage de draps froissés
J’observais l’invisible du monde
Le plus simple, pour ne perdre ni corps ni âme
C’est de toujours bien suivre les instructions
L’obéissance passive et la docilité professionnelle
Le curriculum vite fait
L'arbeit macht frei qu'ils disaient

L’immaculée contraception
Les phénomènes de société
Le lieu commun des mortels
Et l'amour dans tout ça ?

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Je guettais les heures de liberté qu’il me restait
Pas la peine de prier pour la bénédiction de l’industrialisation
Nous sommes tous plus ou moins esclaves et consentants
Reste la possibilité de choisir son supplice
Je suis employée de mon plein gré avec
Parfois la vague envie d’embrocher les coupables
Juste avant de prétendre assumer ma lâcheté

Entre parodie de la haine ordinaire
Et chronique de la fiction pure
Il reste quoi pour survivre à part
Le raisonnement par l’absurde ?
 


Jeudi 9 juin 2016

Expression corporelle

En transe athlétique
L’obsession du que dalle
Te consumer sans modération
Tirer l’abstrait définitif
de sa torpeur

 


Mercredi 8 juin 2016

Remue ménage, le geste

Le 6ieme numéro de la Revue Méninge croise les regards sur le geste et ça remue, ça brasse, ça touche...

 


Mardi 7 juin 2016

Un glacier d’indifférence

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Il y avait à boire et à manger
Une nappe sur la table dans la cuisine de ma tête
(pour cacher la misère)
Dresser l’oreille à la place du couvert
Des tranches de vent dans l’assiette du cœur
De la mousse de nuages au bord des lèvres

J’anorexise les pensées, exorcise les souvenirs
Demain, le ciel sera bleu et
Les oiseaux feront des ronds dans l’aube

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Faim de sommeil et pas grand-chose à me mettre sous la dent
Partir à l’assaut du vide sans savoir ou planter la lame
Attaquer à la pioche la face nord d’un glacier d’indifférence
Je suis un continent
(à la dérive)
Dans la mer de sueur d’un corps qui s’épuise à tenter l’immobile

La hauteur sous plafond du salaire de la peur
Les minimas sentimentaux
Succomber à l’envie de balancer tous les sourires dans le même panier
 


Lundi 6 juin 2016

Etude contemplative du mouvement sentimental en milieu urbain

Le geste premier : ravaler la façade de l’effondrement
Empiler les échafaudages
Echafauder des envies de partage
J’épluche la rue, je rase les murs
Recracher mine de rien le noyau des pavés
On tasse, on tousse, pousse, passe, pisse dans un violon
Beaucoup trop de fausses notes
Prendre part au désordre musical
S’obstiner à arracher des lambeaux de tapisserie
Sans avoir le cran d’affronter la nudité d’un mur
Victime de la demi-mesure ambiante
L’élan de panique dès qu’il s’agit d’être entier
Devenir lentement plus légers que nos ombres
Moi, tu vois, je veux être difficile à aimer
Te donner du fil à retordre
Le bout des nerfs comme le bord d’une falaise
A trois, on saute
On se saute dessus et on se dévore délicatement
Savourer l’ivresse de la chute
Goûter à la naïveté du sucre en poudre et de la poussière
A trois, on fait trembler la ville
On éboule l’ordinaire et
On inscrit demain sur liste d’attente
Un
Deux
Trois

 


Dimanche 5 juin 2016

L'humeur du dimanche : Le chemin n'est pas tracé


[Une étiquette de HF collée en direct du salon Les voix Mortes et photographié par Vincent]

 


Jeudi 2 juin 2016

Les déclarations pudiques

Les coutures apparentes du non-dit
Les regards qui buttent sur la frontière de tissus
La fausse démocratie vestimentaire
Creuser la terre aride des apparences trompeuses
Survie d’un récital sans portée poétique
Les lèvres aiguisées de mots vides
Gloire au silence

 


Mercredi 1er juin 2016

Pencher vers

Et quand demain ressemblera à hier
Quand tout le monde tournera en rond sans le savoir
Il sera temps d’utiliser la stratégie de l’oblique
 


Mardi 31 mai 2016

Les Voix Mortes et Dehors

Vendredi et samedi se tiendra la 2eme édition du salon Les Voix Mortes à Clermont-ferrand et, aussi mortes qu'elles soient (ou pas), les voix comptent bien se faire entendre !



Dehors, le recueil sans abris dont j'ai parlé ici il y a peu, est commandable en ligne sur le site des éditions Janus et dans toutes les bonnes librairies. Deux-cent-quarante-six pages de plaisir de lecture et un geste qui compte, alors fonce Dehors !


 


Lundi 30 mai 2016

Le petit feu des briquets

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Une paire de billes noires brillait sous le chapiteau d’un ciel ouvert
Oublier le froid dans une écharpe de mots
Faire pleuvoir des sourires
Emboiter les creux, les bosses
Puzzle d’instants

On ignore de quoi demain sera fait, mais c’est beau de le regarder arriver
La fêlure de l’horizon
L’insoluble équation de l’adéquation

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Traverser la pénombre un pied devant l’autre
En restant posé là, le cul sur une chaise
Tenir tête la première dans un pas grand-chose gigantesque
Le va et vient du bruit et de la lumière artificielle
L’irrésistible n’est pas nécessairement séduisant

Depuis quand ne s’est-il rien passé ?
Expirer m’inspire
Le petit feu des briquets me rassure
 


Dimanche 29 mai 2016

L'humeur du dimanche : Simplifier l'équation


[Image : les étiquettes d'Heptanes Fraxion]
 


Jeudi 25 mai 2016

Samedi, C'est Normandie

 


Jeudi 19 mai 2016

Le passionné ment

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Tout ce temps passé hors du sommeil, hors de tout
Des nuits parfois juste à moitié debout
La rage en camisole et les rêves décapités
Est-ce qu’ils continuent de courir sans tête, les rêves, comme les poules ?
Est-ce qu’ils auront des dents bientôt ?
Marre de n’être qu’un module de la machine abstraite

Les substituts chimiques de la plénitude
Permettent parfois d’enjoliver la dégringolade
Finalement, on ne tombe jamais que de hauteur d’Homme

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Est-ce qu’à vouloir toujours que tout tourne rond
On finit par se retrouver prisonnier ?
Quelle est la circonférence de la ligne de défense ?
J’hésite parfois entre enfermement et mensonge permanent
J’aimerais pouvoir m’envoler assez haut
Pour voir la vie de mes propres cieux

Lorsque même la géométrie n’est plus une amie
Il faut réinventer la démonstration par l’erreur et
Ne pas oublier que le passionné ment

 


Mardi 17 mai 2016

Ni chaud ni froid

Tu es allé voir maman à la maison de repos. Elle perd un peu la tête, c’est ce que tout le monde prétend. Mais toi, tu penses que ce n’est pas nouveau et que sa folie d’aujourd’hui n’est pas pire que celle d’hier. Maman affirmait qu’on reconnaissait les âmes sœurs au bruit électrique que font leurs regards en se croisant pour la première fois. Comme un court-circuit et le reste du monde autour s’éteint brusquement. Lorsqu’elle a rencontré papa, il y a eu des étincelles plein leurs yeux. Peu de temps après, tu es né. Un « petit ange », ils disaient. Puis papa s’est envolé un matin d’automne, du balcon du septième. Il n’avait pas d’ailes et pourtant maman affirmait qu’il était parti au ciel. Tu étais trop jeune pour comprendre. Chaque printemps, tu guettais le retour des oiseaux migrateurs et celui de ton père, surtout.
Maman prétend qu’on n’a qu’un seul véritable amour dans la vie et, après avoir rencontré Mary, tu as tenté de lui expliquer que les âmes sœurs ne s’aiment pas forcément de ce genre d’amour-là. Tu lui as avoué que tu n’étais pas amoureux, c’était encore plus grand que ça, presque divin. Mary est comme ton double astral. Elle vit en toi. Mais maman n’écoutait pas, ne faisait que grogner, c’était un mauvais jour et même le personnel s’en est plaint. « Ça fait trois jours qu’elle refuse qu’on la lave » a soupiré une infirmière. Tu as tenté de raisonner ta mère. Tu savais comment t’y prendre. « Maman, tu sens le pipi de chat ! Pense à Papa… » Alors, elle s’est mise à pleurer et le lendemain, lorsque tu es revenu, ses cheveux étaient soigneusement peignés, elle avait enfilé son peignoir satiné et sentait le lilas. Les fleurs préférées de papa. « Papa est parti au ciel », elle t’a dit, et tu étais en âge de comprendre depuis longtemps, maintenant. Tu as pensé qu’elle irait sans doute bientôt le rejoindre et qu’il y avait longtemps que le retour des oiseaux au printemps ne te faisait plus ni chaud ni froid. [Extrait]
 


Dimanche 15 mai 2016

L'humeur du dimanche : L'envie d'y croire, encore

 


Vendredi 13 mai 2016

Dehors

Une belle anthologie, doublement belle parce que conçue avec le coeur, par ceux qui ont initié le projet (Eleonore James et Christophe Bregaint) et par chaque auteur au sommaire. Pas un exercice littéraire, pas une occasion de se faire mousser, pas pour jouer au mariole, non! Un élan, un vrai!
Dehors est là ou presque, bientôt dispo et commandable aux éditions Janus (le lien suivra dès que) et même si la poésie, la littérature, tout ça, ce n'est pas ta tasse de thé, fonce quand même, parce qu'il y a de la vie entre les mots et aussi, surtout, parce que tous les bénéfices de la vente de cette anthologie seront reversés à l'association Action Froid !

 

Et si tu es dans une veine goulue de lectures, procure-toi vite la toute jeune et déjà grande revue Incandescentes ou le magnifique Gonzine, fabriqué à la main avec amour par la talentueuse Sarah Fisthole! Ou encore le fabuleux Murièle Modely & Cie ! Tu y trouveras quelques inédits signés de ma plume doucement sanglante.

 


Mercredi 11 mai 2016

Fouiller sous les décombres

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Langue muette et mains fébriles
Le froissement de mon corps dans le silence des draps
J’écrivais des fictions indéchiffrables
Les mots débordaient
Une chiasse d’imagination dans les intestins du front

Les souvenirs et tous ces foutus angles morts
Les faux-raccords et les flaques de confort
Pas facile de construire une histoire qui vaille la peine

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Entre petits rites hypocrites et hypocondrie latente
Toujours l’attente du pire, comme si lui seul pouvait venir
Le monde qui nous avale
Dans la grande gueule de sa course effrénée
Faut être honnête, il reste à la fois trop et pas assez à inventer

La vérité des rêves aux césures capricieuses
Les sentinelles du réel et la faction armée du mensonge
Cette frontière floue qui nous pousse à fouiller sous les décombres

 


Lundi 9 mai 2016

Chatouiller l’extra-ball

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Je pensais à l’amer doux des amours tuées dans l’œuf
Cet éternel possible qu’on nourrit jusqu’à l’en faire crever
Ras le bol des cuisses en portes automatiques
Du trombone à coulisse
Des fausses notes et
De la fugacité de l’avenir

Dehors, le ciel s’énervait
Refusait de se laisser dicter une conduite par les caprices du vent
Et mes caprices à moi ? Sagement étouffés !
Il arrive un moment où l’on devient raisonnable malgré soi

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Ma peau glissée contre la peau du soir
Mes rêves planqués au chaud dans le ventre de l’ombre
Devenir vandale incognito
Chatouiller l’extra-ball
Les dégâts délicieux du chaos magistral
Fais gaffe, je crois que j’ai une poudrière à la place du coeur
 


Dimanche 8 mai 2016

L'humeur du dimanche : Tchin !

"buvons
à la distance qui nous pousse
l'un vers l'autre"

[in La nuit des terrasses, Makenzy Orcel]


[Valence, photo Marlène T.]

 


Samedi 7 mai 2016

Là-bas, tout près

Ne pas exister par dépit
même si
chaque jour qui passe
nous approche un peu plus
de la mort
il nous ancre également
un peu mieux
dans la vie

 


Vendredi 6 mai 2016

Les mardis de la poésie à Grenoble


et pour les autres dates, plus d'infos ICI ou LA

 


Mercredi 4 mai 2016

Une nouvelle belle revue : Incandescentes
 

Premier numéro de la Revue Incandescentes
Editée par Double Vue Editeur
Directrice de publication : Marianne Desroziers
Comité de lecture : Murièle Modély et Marianne Desroziers
Relecture et corrections : Franck Joannic
Graphisme : William Mathieu
Artiste à l'honneur : Sophie Brassart
Auteurs : Sébastien Chagny, Anna de Sandre, Christophe Esnault, Francine Charron (IL. Aymé(e) Pawlowski), Gabrielle Jarzynski, Sophie Jaussi, Anna Jouy , Nicolas Le Golvan, Claire Musiol, Marlene Tissot, Cécile Vibarel Haddou, Astrid Waliszek

Prix : 5 euros (plus 2 euros de frais de port)

Bon de commande sur le site https://doublevueediteur.wordpress.com/

Ou en envoyant un mail à revueincandescentes@gmail.com

Paiement par chèque, possibilité de Paypal sur demande

Pour cette revue, j'ai écrit un texte où il est question d'Albertine Sarrazin, mais pas que... N'hésite pas à comander ce premier numéro d'Incandescentes. De belles surprises t'y attendent !


Mardi 3 mai 2016

La métrique et les rimes

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Pas les ongles assez longs pour crever les yeux des idées noires
Pas les doigts assez délicats pour recoudre la mâchoire des rêves brisés
Tentative réprimée de poétiser l’insomnie
J’emmerde la métrique et les rimes, les coups de trique et la frime
Ne te fie pas à ce que je raconte
Il m’arrive d’aimer follement les alexandrins

Il faut parfois escalader l’escarpé d’une peine de cœur
Tirer la sonnette d’alarme d’une perfection béante

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
De grands instants passés en petites douleurs sournoises
Ne pas se laisser parasiter le présent par la facilité de la mélancolie
Ta perfection découverte dans un hasard nocturne
Tirer la couverture des souvenirs à moi
Recracher l’amertume
Ne garder qu’une saveur

Il y a des heures où il est facile de tuer hier et demain
Des heures où rien d’autre n’existe vraiment que le rêve avorté
 


Lundi 2 mai 2016

Mot barré #48


Dimanche 1er mai 2016

L'humeur du dimanche : "chacun profite à sa manière ou
selon ses moyens de la part de hasard qui lui revient"
[In L'ombre amimale, Makenzy Orcel]


 


Samedi 29 avril 2016

Laval

Ce week-end, je serai à Laval à l'occasion du festival 1er Roman avec l'association Lecture en tête et pour le passage de relai de la résidence d'auteur. Je prendrai la suite de Makenzy Orcel, un auteur dont j'apprécie énormément l'écriture, à la fois poétique et âpre. Pour la soirée de clôture, je lirai des extraits de Lame de fond paru en mars aux éditions La Boucherie Littéraire.
 


Vendredi 28 avril 2016

Tu lis quoi ?

Elle a lu "Sous les fleurs de la tapisserie" et ce qu'elle en dit me touche énormément !
Un immense merci pour ses/ces mots
 

 

[Clique sur l'image pour l'article entier et pour des tas d'autres chouettes idées de lecture !]


Mercredi 27 avril 2016

La grâce de la poussière

Un jour j’ai pas dormi de la nuit
Coincée là, immobile
Entre les raisons qui me poussent et celles qui me retiennent
A écouter le murmure des anges de l’étrange
Et savourer la grâce de la poussière
Il y a des instants où on se moque des preuves et des coupables

Mathématiquement parlant
Ceux qui avancent et ceux qui tournent en rond
Parcourent autant de distance
C’est juste le paysage qui se fait plus ou moins lassant

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le sommeil n’avait rien à semer dans ma chair mal labourée
Les rêves n’ont pas besoin de paupières fermées pour germer
Entre les bonnes manières artificielles et
Le ronronnement des monstres
Le corps sait toujours s’exprimer dans un ultime silence

Parfois, j’aimerais me voir de dos
Me regarder partir
Me laisser m’éloigner de moi
Trouver enfin un peu de paix
 


Lundi 25 avril 2016

Les voix [Extraits]

(franck)
On creuse le ciel des yeux, avec la gorge pleine de questions. On fourrage dans la terre pour y dénicher des vestiges ou y entasser nos cadavres. Et puis quoi ? Est-ce qu’il n’y a pas assez à voir ici, dans l'entre deux ? Pas assez à découvrir, à parcourir, à savourer ou à souffrir ?
« Tu crois en Dieu ? » je demande à Mary et elle rit. Un rire un peu violent qu’elle a l’air de regretter immédiatement. Je ne lui demande pas pourquoi. Elle ne répond pas à ma question. Son rire me laisse deviner qu’elle n’a pas besoin de croire ou alors que ça ne suffirait pas, tout simplement, à effacer, à expliquer, à pardonner.

(Mary)
Franck m’a demandé si je croyais en Dieu et j’ai ri. C’était idiot, ce rire, mais il a jaillit sans que j’ai le temps de le retenir et je n’avais pas d’autre réponse à lui offrir. Non, je ne crois pas en Dieu et, sur le moment, sa question m’a amusée. Ou surprise, je ne sais pas. Pourtant, c’est vrai, beaucoup de gens se mettent à croire après un drame, un accident, n’importe quelle grande souffrance qu’on ne peut supporter qu’en imaginant la toute-puissance d’une fatalité qui nous dépasse. C’était mon destin, on se dit. Je ne me suis jamais dit ça. Je ne me suis rien dit du tout, mais je n’ai pas cherché de responsable à mes douleurs. C’était papa. Et parfois, c’était moi. Par moments, tout semblait être de ma faute. C’est ce que j’ai longtemps cru. Plus maintenant. Maintenant, j'essaie juste de me défaire de ce vieil habit.
[Roman - en cours - toujours]

 


Dimanche 24 avril 2016

L'humeur du dimanche : Look at the bright side


[Cancale, les hauts de la Houle, photo Marlene T.]
 


Vendredi 22 avril 2016

Un point c’est tout

Les trous et les bosses
On te répète de pas t’en soucier
Ça fait partie du paysage
C’est tout
Oui, sur un corps humain aussi
Arrête de poser des questions
Arrête de chouiner
Si on te dit de la fermer, tu la fermes
Si on te demande d’ouvrir la bouche
Tu fais aaaaaa en grand format
Et sans chercher à savoir pourquoi
Tu tends la main quand on te l’ordonne
Tu obéis
Un point c’est tout
Faut faire ce qu’on te dit
Tu fermes les yeux
Tu penches la tête
Tu lèves les bras
Tu te plies en deux
Tu écartes les cuisses
Tu obéis
Un point c’est tout
Il n’y a même plus besoin de menace
Tu sais que si tu refuses
Ça va faire encore plus mal
 


Mercredi 20 avril 2016

Dans le bleu des yeux

Balancer tout le bordel dans l’essoreuse
Suspendre les nuages au fil à linge
Demain peut-être, le ciel fera comme moi
Ravalera ses larmes
 


Mardi 19 avril 2016

Bousculer le paysage

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
J’obéissais pourtant à la permanence de l’éphémère
Pointer ma présence auprès du matelas à heures régulières
Creuser le trop plein, vider l’absence
Ne même pas espérer dénouer les mystères
Sacrifier l’espoir tentaculaire à la conduite exemplaire
Demain matin, une fois de plus, j’enfilerai ma peau de larbin
En rêvant distraitement à la saveur d’un semblant de paix

La relation intime, c’est du chacun pour soi mal déguisé
Faudrait parfaire l’amour
Bien agiter les sentiments avant utilisation

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
J’exerçais mon sourire corporate et mon regard langoureux
Rien à faire, j’étais larguée
Ni assez docile, ni assez romantique
Me restait à choisir entre le silence et l’effacement
Entre le plan B foireux et l’itinéraire bis ne menant nulle part
Faut parfois bousculer le paysage
Et s’écorcher la langue sur le tranchant d’un nouveau jour
 


Dimanche 17 avril 2016

L'humeur du dimanche : La tête dans les nuages
                       pour raturer les humeurs maussades


[Image : Pierre Rosin]
 


Samedi 16 avril 2016

Les fleurs de narcissisme

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Et je n’étais ni debout, ni couchée
Tout juste un peu trop à distance du réel
Entre fatalisme aléatoire et déraison valable
Faut bien se décider à passer à l’acte
(oui, mais lequel ?)
Disparaître est peut-être plus facile qu’on ne l’imagine

L’impératif du toujours et l’obsession du que dalle
Se consumer sans modération
Inventer l’abstrait définitif

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Je cultivais dans mon jardin secret
Quelques fleurs de narcissisme (vite fanées)
Des brins de normalité déclinés aux couleurs de la mode
Les paysages impressionnistes n’impressionnent plus grand monde
On leur préfère la droiture des cimetières militaire
Et les idées nettes comme un salaire après prélèvement des charges

La déception sait très bien être fidèle, question d’accoutumance
Mais je persiste dans la voie de l’optimisme réaliste
Quoi qu’en dise le réveil, je sais quand il est leurre
 


Mardi 12 avril 2016

Chair de poule

Il dit que je suis sa préférée
Il dit que je ressemble tellement à maman
Il dit des sourires qui mentent
Et des regards en forme de poings
Il dit « je t’aime »
Il dit, il dit, il dit
Et j’ai l’impression qu’il parle une langue inconnue
Il dit, il dit, il dit
Et je hoche la tête, pas le choix, peux pas refuser
Il dit, il dit, il dit
Et je capture les oiseaux avec mes yeux
Je m’accroche à leurs ailes
M’envole
Ne suis plus tout à fait là quand
Il dit
(quoi ? je n’entends plus)
Et qu’il arrache avec ses grosses mains
Toutes mes plumes une à une
 


Lundi 11 avril 2016

La mélancolie des éoliennes

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Cette sale habitude de me tenir à distance de tout
Même du sommeil, même de toi
Les murs sont sans doute plus faciles à construire que les ponts
On se labyrinthe le cœur
Entre petites entraves et grandes inepties

On brasse de l’air dans la mélancolie des éoliennes
On emboite le pas maladroit des moissonneuses boiteuses
Chasseur et chassé à la fois dans le petit safari citadin

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Je me demandais si la rosée du matin saurait me recolorer la pensée
Si les rencontres fortuites allaient vraiment à l’encontre de la bienséance
Parfois on s’endimanche l’humeur
On s’engonce la parole malgré soi
Boutonné jusqu’au col dans le tissu social parfaitement amidonné

Je me sens abandonnée alors que c’est moi qui prends la fuite
De croche-piédestal en dérapage mal contrôlé
Je guette les signes avant-coureurs de l’invisibilité
 


Dimanche 10 avril 2016

L'humeur du dimanche : Retour aux sources
                       s'abreuver d'embruns
                       jusqu'à plus soif


[Cancale, la digue du phare, photo Marlene T.]
 


Samedi 9 avril 2016

L’agonie des belles paroles


Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
J’hésitais vaguement entre le poil dans la main
Ou l’épilation intégrale
Gouter à la saveur des petites arnaques contemporaines
Ecouter le chuchotement de mon corps étourdi de fatigue
Et toute cette poussière qu’il reste à mordre
Alors que j’ai perdu l’appétit depuis longtemps

Gratter la peau du ciel quand les étoiles s’étiolent
La plage horaire ne connait pas les marées noires

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
J’essayais de me rappeler qu’il est parfois utile d’oublier
Entre disparition conventionnée et connivence tacite
L’aube épineuse défragmente le fracas des pertes
Faire profil bas, allongée sur le dos
Maquiller la réalité mine de rien et
Attendre le jour, les joues fardées de quiétude

Entre l’incohérence des sentiments et l’agonie des belles paroles
Je me dis que finalement, l’éternité est sans doute provisoire
 


Mercreci 6 avril 2016

Le point d’exclamation du jour

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
J’inventais des histoires au futur extérieur
Des polyphonies mobiles aux allures fabuleuses
Imprégnant de légendes la margelle muette de mes lèvres
J’ai fermé les yeux sur l’absence de lumière
Pour ne pas risquer la crise de nerf optique

Mon corps vautré dans un repos probablement mérité
Retraçait sans le savoir l’itinéraire du pain perdu
Vibrant à l’écho des combats que je ne mène qu’en pensées
Le thorax en vortex, un trou noir à la place du coeur

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Immobile, je limitais les dépenses énergétiques
M’extraire du lit n’était pas utile
Ma nudité sur ses deux pieds ne changerait rien à la course du monde
J’envisageais simplement de ponctuer mes rêves éveillés
Au point d’exclamation du jour
 


Mardi 5 avril 2016

Mot barré #47


Lundi 4 avril 2016

Papier de soi

Les mots d'amour
Les mots armure
L'armoire pleine à craquer
Les tiroirs de l'histoire
Et les boîtes de Pandore
Des non-dits pliés là
Dans l'enveloppe de peau
Soigneusement cachetée
Soigneusement cachés, les maux
Mais parfois les écrire
S'écrier sur papier de soi
 


Dimanche 3 avril 2016

L'humeur du dimanche : Piétiner les idées noires


[Textes Précédents]