This is a cloud of smoke
Trying to occupy space

 

 

I Didn't Understand, Elliott Smith



Derniers Textes

Archives 2015

Archives 2014
Archives 2013

Archives 2012

Archives 2011

Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Vieilleries

 


 

[L'auteur]

Marlène TISSOT est venue au monde inopinément. A cherché un bon bout de temps avant de découvrir qu'il n'y avait pas de mode d'emploi. Sait dorénavant que c'est normal si elle n'y comprend rien à rien. Raconte des histoires depuis qu'elle a dix-ans-et-demi et capture des images depuis qu'elle a eu de quoi s'acheter un appareil. Ne croit en rien, surtout pas en elle, mais sait mettre un pied devant l'autre et se brosser les dents. Ecrira un jour l'odyssée du joueur de loto sur fond de crise monétaire (en trois mille vers) mais préfère pour l'instant se consacrer à des sujets un peu moins osés.

PS : J'ai aussi un petit oiseau bleu, pas du genre qui palpite dans la cage thoracique, mais du genre que je nourris assez peu, du genre qui fait un peu ce qu'il veut, il n'est pas dans une cage et les fils à la patte, c'est pas mon truc... N'empêche, j'ai un petit oiseau bleu.

 


 

[Bibliographie]

 

[Voir la liste complète ICI]

 

Lame de fond

Ed. La Boucherie Littéraire

 

 


 

Histoires (presque) vraies
Editions Pédalo Ivre

 

 


 

Le poids du monde
Editions Lunatique


 


 

J'emmerde...

Editions Gros Textes

 

 


 

Sous les fleurs de la tapisserie

Editions Le Citron Gare

Illustrations de Somotho
Lauréat du prix du CoPo 2015

 

 


 

Mailles à l'envers
Editions Lunatique, collection Romans

Primé au festival Premier Roman de Laval
 


Sélectionné pour représenter la France au Festival Européen du premier roman à Kiel

 



Les choses ordinaires
Kiss My Ass Editions
 

 


 

Mes pieds nus dans tes vieux sabots bretons, collection 8pA6 de La Vachette Alternative


 


 

Nos parcelles de terrain très très vague, Éditions Asphodèle, Collection Minuscule

 

 


 

London Trip Diary, At Home Editions

 


disponible via

 


 

Celui qui préférait respirer le parfum des fleurs, collection 8pA6 de La Vachette Alternative

 



[Voir la bibliographie complète]
 



 

[Parutions en revue]

 

A la dérive - L'Angoisse - Borborygmes - Cabaret - Charogne - Chos'e - Coaltar - Cohue - Comme en poésie - Dissonances - Diptyque - Freak Wave - Interlope - Interruption - I.H.V - Katapulpe - L'Ampoule - L'Autobus - Le Chant du Monstre - Les Cahiers d'Adèle - Les tas de mots - Levure Littéraire - Mauvaise graine - Microbe - Magnapoets - Népenthès - Nouveaux Délits - Poésie/Première - Revue Squeeze - Traction Brabant - Trace écarT - Le Zaporogue 


 

[Participations]

 

CroutOthon - FPDV - Le Quotidien des Martyrisés - Les 807 -  Les Etats Civils - Les Histoires Noires - OnLit - Sistoeurs.net - Vents Contraires - Vous dites ? 
 



[Email]

 

marlene.tissot@gmail.com
 

[Marlène ailleurs]

 

Sur Flickr
Sur DIYZines
Sur Vents Contraires

Sur On Lit

Sur Les Etats Civils
Sur Sistoeurs.net
Sur Fulgures.com

 


 

[Liens]


 

[Note]

 

Licence Creative Commons
Les textes et photos de Marlene Tissot sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://monnuage.free.fr

 

 

 

 

Mercredi 15 février 2017

Cabaret poétique en provence

On se voit bientôt en Provence ? Plus d'infos ICI 

 


Lundi 13 février 2017

On en parlera demain

Je ne sais pas quoi prononcer d’autre que le silence, j’attends juste qu’il sorte de la pièce, retourne dans son bureau avec son alcool et son fatras de nourriture, qu’il retourne se saouler, se gaver à en déborder de sa peau, de cette vie dont il cherche constamment les limites pour n’avoir jamais gouté celles de la douleur vraie, gros, maigre, gros, maigre, sont les seules frontières qu’il connaisse, ivre, sobre, ivre, sobre, également, et son malheur virtuel, et ses souffrances fictives me font marrer, me font mal aussi, parce que je sais que s’il était confronté à du réel, celui qui cisaille, tranche les entrailles, il choisirait probablement de crever avant le coup de grâce, juste pour s’épargner quelques minutes de douleur.
Et il revient, la bouteille est vide ? l’assiette est vide ? il me regarde avec son air de je-sais-tout, son air d’oublie-pas-que-je-suis-le-chef, alors que, bordel, il n’est pas plus grand qu’un mouchoir d’humain plié en quatre, un morceau de vie plein de morve, et que je te chiale ma peine, mais la quelle, bordel ? vas donc te moucher, on en parlera demain !
 


Dimanche 12 février 2017

L'humeur du dimanche : facile !


Samedi 11 février 2017

Ainsi soit-il

Pour une lecture (tu vas te donner en spectacle ! – non, je ne me donne pas, j’offre autre chose, enfin j’espère, mais peu importe), on me demande de "faire un effort vestimentaire". Soit. Je comprends les mots. Effort. Vestimentaire. Bien. Ainsi soit-il. J’ai toujours eu une tendance docile sur les bords. Du coup, je remballe le duo jean + sweater ordinaire mais confortable et fouille dans les abandonnés de mes filles. Un genre de robe-pull, un petit blouson chopé aux soldes d’il y a cinq ans, une paire de collants encore potable et mes bonnes vieilles chaussures (il y a des choses avec lesquelles on ne plaisante pas). Voilà. Mon reflet ne me ressemble plus, mais je suis prête à me donner en spectacle. Et peu importe, puisque ce n’est plus moi. Ce ne sera qu’un jeu dans lequel il s’agira prétendre se donner et être honnête alors que l'exigence de départ est biaisée. Il semblerait qu’en fin de compte ce soit ça l’important dans ce monde. Ne pas donner de soi, mais donner un soi, même ou surtout s’il est fictif. Il semblerait que quel que soit le paysage, seules les apparences aient de la valeur. Bien. Je resterai, tendance docile sur les bords, jusqu’à ce qu’un des moi un peu plus couillu que les autres se dégoupille la grenade pour m’envoyer voir ailleurs si j’y suis. Ainsi soit-il.
 


Mardi 7 février 2017

Mot barré #58


Lundi 6 février 2017

J'emmerde la ponctuation [new]

Quel est le point commun
entre un point final et
un point de départ ?
 


Dimanche 5 février 2017

Journal aléatoire #42
 

Petite rétrospective en images du quotidien. Non, les deux semaines passées ne se résument pas à ça. Oui, on y retrouve l'atmosphère, celle qui me guide patiemment dans la dernière ligne droite du roman.

On se retrouve sur ce canal à partir du 6 mars ! Et, d'ici là, malgré les aléas, si le quotidien le veut bien, quelques nouveautés.

 


Samedi 4 février 2017

Journal aléatoire #41
 

La faute à ma myopie -  on trouve toujours un coupable docile - j'ai dit bonjour sans savoir à qui sur le parking de l'Intermarché de Laval. C'est seulement en arrivant sur la petite esplanade devant les Cafés Etienne que ça m'est revenu. Le gars aux lunettes noires qui venait de me saluer travaille ici. On s'y était croisé lors d'un de mes précédents passages. En creusant un peu, je pourrais même me rappeler son prénom. Mais ma mémoire et moi, on est en mauvais termes, surtout celle à long terme. Enfin, ça, c'est une autre histoire. Oui, je suis pleine d'histoires, et ce n'est pas ce qui m'empêche d'en inventer d'autres - je ne vais pas me laisser dicter une conduite par un bout de matière grise, non plus! Toujours est-il que j'ai fini par me souvenir de ce jeune homme, sa présence à la fois chaleureuse et discrète. On se recroisera en mars, au même endroit, quand je reviendrai pour la prochaine soirée littéraire prévue avec Perinne le Querrec. Et je lui demanderai peut-être de m'excuser pour mon absence, ma trogne ahurie et mon "bonjour" un peu creux de ce 4 février, derrière Intermarché. Enfin, si j'ose - ça aussi, c'est une autre histoire.

 


Vendredi 3 février 2017

Journal aléatoire #40
 

Mathématiquement parlant, est-ce qu'il existe une ligne quelque part séparant le vrai du faux? Oui, je sais, je cherche la petite bête. Il n'empêche, je m'interroge. D'autant que, toujours mathématiquement parlant, je sais très bien que tout est relatif (enfoiré d'Einstein). Et, je l'ai même écrit quelque part : la vérité des uns n'est pas forcément celle des autres. Alors, partant de ce postulat, on fait comment pour marcher droit? Oui, je sais aussi, je (me) pose sans doute trop de questions. Mais c'est quand je n'en poserai plus, qu'il faudra éventuellement s'inquiéter. D'ici là, je compte bien continuer de creuser dans le terreau gras de la vie pour dénicher quelques racines de réponses. Y semer aussi des graines d'espoir en espérant qu'il en germera de l'utile ou du beau. Les deux à la fois, pourquoi pas - on est encore autorisé à rêver, que je sache!

 


Jeudi 2 février 2017

Journal aléatoire #39
 

C’est parfois à des détails qu’on remarque l’éloignement géographique. A des choses, somme toute, anodines. Ici, les gens ont des parapluies différents. De grands parapluies-cannes qui seraient incapables d’affronter le Mistral. Oui, il a plu ces jours-ci. Parfois de la vraie pluie, parfois ce crachin Breton que j’aime et qui te fait arriver devant des lycéens avec le visage brumisé qu’on connait dans le sud en été, quand la chaleur nous pousse vers la bombe d’eau minérale pour un oui pour un non.
La nuit est tombée sur une journée que je n’ai pas vu passer. J’étais en vadrouille quelque part dans le virtuel de mon roman. Un bref retour à la réalité avec Sophie, au moment du café, puis j’ai replongé. Tout l’après-midi, sans prendre le temps de m’attarder sur le gris. Une brève pause de nouveau en soirée, quand l’estomac rappelle à l’ordre. M’étirer, regarder par la fenêtre – toujours cet émerveillement de la vie en centre-ville. Un gars, malgré la pluie, s’obstine à monter-descendre-remonter la pente. Le Roquet du Palais. Il piétine un peu en bas, au moment du demi-tour. Son K-Way jaune qui gobe la lumière des lampadaires. Sa raideur aux épaules qui me rappelle les postures de Luc. Ce petit côté engoncé malgré lui. Sur son visage absent, mangé par la capuche, je colle le visage de cet ami. Je l’observe un moment tenir tête à la pente, encore et encore. Un jour, peut-être, raconterai-je à Luc les exploits de ce faux lui dans les rues de Laval.
 


Mercredi 1er février 2017

Journal aléatoire #38
 

"Et tu m'effleures avec juste tes mots"
Je lis les textes qu'une jeune fille timide m'a glissé ce matin à la fin d'une rencontre. C'est beau jusque dans les fissures d'une l'honnêteté qu'on apprend trop facilement à perdre. Les imperfections en miroir de la vérité. Non, il n'y a pas qu'une vérité. En tout cas, je me refuse à le croire. La vérité, tout comme la réalité, est aussi multiple que nous. Le nous sommes me semble préférable au je suis.
On dit souvent que l'écriture est un geste solitaire. Soi face à soi. Je n'y crois pas non plus. L'autre sera toujours une clé de voûte. Celle qui empêche l'édifice de s'écrouler. J'aime l'autre et je le hais parfois, mais je n'y suis jamais indifférente. En flânant dans les rues, j'observe, je dévore, je gobe l'autre, tous les autres. J'y plonge les yeux sans toujours comprendre, sans non plus forcément savoir ce que j'espère y dénicher. Rien, peut-être.
Est-ce soi qu'on cherche à retrouver dans le regard de l'autre ou est-ce l'autre qu'on tente de déchiffrer au travers de son propre regard ? Et cette questions a-t-elle la moindre importance ? L'un dans l'autre, si la réponse signe l'arrêt de mort d'une question, alors je préfère m'abstenir. Temps qu'il y a de l'interrogation, il y a de l'espoir.

 


Mardi 31 janvier 2017

Journal aléatoire #37
 

Une sophrologue, deux poétesses et un professeur sont dans un café pour parler de Brautigan. La réalité tombe à l'eau. Que reste-t-il ? Un petit moment simple et beau. Certes, ça ne s'est pas passé comme prévu. C'est vrai, les choses échappent souvent aux prévisions. Mais, si c'est - parfois - pour le pire, c'est aussi ce qui permet aux bonnes surprises de pousser un cri de joie en sortant des entrailles de l'ordinaire. Et il serait bien ingrat de notre part de nous en plaindre.

 


Lundi 30 janvier 2017

Journal aléatoire #36
 

Un chat en céramique entre les dents, voilà comment j'ai commencé la soirée. En mordant sur une fève. La galette me désigne reine. Est-ce un hasard si elle était fourrée aux pommes? Après un verre de jus (de pommes également - c'est un signe, aurait dit maman), j'embarque à bord de mon char direction la campagne Mayennaise pour un atelier d'écriture. Les chevaux fiscaux sont dociles. Brouillard oblige, j'y vais molo sur l'accélérateur. A défaut d'être véritablement reine, c'est encore moi qui tiens les rênes, avec les orteils du pied droit.

 


Dimanche 29 janvier 2017

Journal aléatoire #35
 

Parler de poésie (mais pas que) un dimanche après-midi à la médiathèque de Laval pendant que le pluie tombe discrètement, comme avec l'air de s'excuser. Rire, philosopher, s'extasier, partager. Non, la fin du week-end ne file pas forcément le bourdon, au contraire !
Rentrer presque quand la nuit tombe (tiens, il ne pleut plus!) me remettre au boulot. Je dis "boulot", parce que là, c'en est. Certes, le roman est terminé. Et pourtant non, il ne l'est pas. Les murs, le toit, les portes et les fenêtres sont posés, mais il faut encore faire les plâtres, les enduits, la peinture. Il faut tout reprendre, lisser, traquer les incohérences d'information, de ton, de registre de langue, améliorer le style ou, en tout cas essayer. S'atteler à tout ça en luttant contre le monstre qui débarque dans ta tête et demande : t'es sûre que cette histoire va intéresser quelqu'un? Non, on n'est jamais certain. Mais il est trop tard pour baisser les bras maintenant.
Et à part ça, ce soir, ce sera soupe en brique réchauffée à la casserole. Je sais, c'est pas toujours excitant, les dessous de la littérature contemporaine. Un peu comme les culottes en coton. Mais, bordel, qu'est-ce que c'est confortable. Et puis le glamour, ça va bien cinq minutes. La poudre aux yeux et dans les narines, c'est pas ce qui sauvera le monde. Tu me diras, les livres et les culottes non plus. Mais se glisser au lit, cul nu, avec un bon bouquin, c'est déjà un peu prendre la direction du bonheur, non?

 


Samedi 28 janvier 2017

Journal aléatoire #34
 

Il parait que les premières fois sont toujours un peu douloureuses. Aujourd'hui, j'ai été membre de jury littéraire pour la première fois et, je confirme, ça fait mal. Est-ce jouissif ? Oui, aussi, bien entendu. Et pour être honnête, le plaisir, je l'ai pris avant. En solitaire. Pendant la lecture des cinq romans en compétition. Cinq fois du bonheur avec des livres, tu penses bien que j'allais pas refuser le privilège! Mais j'avais pas réfléchis qu'après faut se transformer en juge, et sincèrement, je pensais que ce serait plus doux. Non, je ne joue pas les vierges effarouchées. Critiquer, classer, éliminer, c'est pas franchement mon truc, c'est tout. Il n'empêche que ce fut une expérience enrichissante, que j'y ai appris beaucoup, que j'ai retrouvé quelques personnes chères à mon coeur et rencontré d'autres qui méritent le détour. Et si tu te demandes de quoi je suis en train de causer, vas voir par ICI.
 


Vendredi 27 janvier 2017

Journal aléatoire #33
 

Ce matin, je me suis réveillée avec le bruit de la pluie sur les Vélux. J'ai remonté un peu la couverture et décidé de retourner la situation : en renversant ma chambre sous les toits, elle devenait une douillette coque de bateau. En fermant les yeux, je pouvais même sentir le roulis de la houle. Lorsque je les ai rouverts, le ciel s'était vêtu de bleu. Moment parfait pour me lever. La coque de bateau est redevenue toit, je pouvais marcher sur le plancher sans tanguer. J'ai fait chauffer un peu d'eau pour le thé. Pendant qu'il infusait, la pluie s'est remise à tomber. Plus tard, le soleil est venu glisser ses doigts entre les nuages. Plus tard encore, le ciel a enfilé un manteau gris. J'attends la suite des humeurs du jour. Peut-être que ce soir il empêchera la nuit de tomber, va savoir!

 


Jeudi 26 janvier 2017

Journal aléatoire #32
 

J'essaie. Oui, vraiment, j'essaie. D'esquiver un peu moins. D'aller un peu plus vers. J'ai une bonne excuse, cela dit : je ne suis pas ici pour m'amuser, papoter autour d'un café ou d'un verre de vin, m'essayer à la danse africaine (ah, diable ! si au moins il pouvait prendre possession de mon corps de temps en temps, celui-là!). Non, je suis ici pour écrire. Alors j'écris. Beaucoup. J'esquive beaucoup aussi. "Faudrait savoir ce que tu veux!" je me dis. Puis je me rétorque "J'arriverais peut-être à le savoir si tu me laissais penser en paix". Je me ris au nez.

 


Mercredi 25 janvier 2017

Journal aléatoire #31
 

Rencontre, aujourd'hui, avec des étudiants à l'UCO de Laval. Un moment simple et beau comme je les aime. Les timidités qui se bousculent, mais n'empêchent pas - jamais - la sincérité. Les questions qu'on me pose et qui me font m'en poser d'autres. De jeunes futurs libraires ou bibliothécaires, leurs yeux brillants d'amour des livres. Mes réponses probablement trop naïves parfois. Leurs rires lorsque je balance une connerie histoire de faire diversion, ne pas montrer à quel point je doute, à chaque instant. Ils me l'ont demandé eux aussi : à quel moment ai-je commencé à me sentir "écrivain"? Je leur ai dit la vérité. Et ça ne me gêne pas de me lever le matin en me sentant moi, juste moi, toujours la même. A quoi ressemble un costume d'écrivain? Quelle sensation laisse-t-il sur la peau? Je l'ignore. Tout ce que je sais, c'est que j'écris. J'écris comme je respire. Et dès que j'en suis empêchée, j'étouffe, je meurs un peu.

 


Mardi 24 janvier 2017

Journal aléatoire #30
 

Les petits couacs, les aléas, les imprévus. Parfois, ça ne veut pas, ça change d'adresse, ça tombe à l'eau, ça fait tourner de nuit sur les routes de campagne d'une région que je ne connais pas encore comme ma poche - je ne connais d'ailleurs pas parfaitement ma poche - ça fait monter puis redescendre puis remonter encore le Roquet du Palais, ça fait des rencontres imprévues, un déca, un verre de vin avec une inconnue, le vous qui devient tu, des choses toutes simples. C'est un cycle qui nous échappe: on invente des histoires, il nous en arrive. Je sais être un personnage docile. La vie m'écrit. Chacun son tour.
 


Lundi 23 janvier 2017

Journal aléatoire #29
 

Une pensée m'est venue ce soir : Je suis de plus en plus à l'ouest.
Et j'ai souri. Non, ma tête n'est pas perdue - enfin, pas pour tout le monde. Il n'est question ici que de géographie. Laval, Nantes, Surgères, Vitré et d'autres lieux situés du côté ouest du pays vont m'accueillir cette année. Maman aurait probablement dit "C'est un signe". Je m'en serais amusée.
Voilà. Laval me reçoit pour une troisième session de résidence. Le soleil est au rendez-vous, comme un sourire qui se moquerait des saisons.
Pourquoi compliquer les choses simples ? Je suis à l'ouest, et après ?
 


Jeudi 19 janvier 2017

Ceci, cela
 

Oui, je sais, le temps passe.
Et toi, et moi, je suis passée où ?
On va dire que je suis en voyage dans la partie immergée de l'iceberg. Ce truc invisible dix fois plus grand que le visible. Probable que je sois un peu perdue. La faute à tout et rien. Si c'est caché, c'est pas pour rien. Sans ce morceau-là, l'iceberg ne flotterait pas.
Je flotte.
Je nage.
Je tente de garder la tête hors de l'eau.
Et puis quoi ?
On s'en fout, après tout!
L'important, c'est ce qui bouge à côté.
Ce qui vibre, ce qui vit, ce qui nous maintient là.
Alors je vais te parler d'une chouette revue dont j'apprécie la politique éditoriale et le contenu.
Ca s'appelle les Cahiers Polymères et l'édito du dernier numéro est ICI.
Vas-y, jette un oeil, tu ne risques rien !

 

 


Mercredi 4 janvier 2017

Exosquelette

Je creuse
loin
profond
dans les décombres d'une vie
qui m'échappe de plus en plus
mais
je ne cherche pas à lui echapper
simplement
je creuse
loin
profond
à coup de pioche
dans ma croute terrestre
jusqu'à la moelle tendre des os
ma peau, je la connais assez
je m'y sens mal
tandis que l'os est solide
même brisé, il se répare
si on lui en laisse le temps
 


Mardi 3 janvier 2017

Il parait

Il parait qu'il s'est passé quelque-chose
qu'on a quitté une année pour entrer dans la suivante
ce serait comme passer d'une pièce à l'autre
du salon à la chambre, ou vice versa
sauf que je n'ai pas vu de porte
rien entendu grincer
sauf que le décor n'a pas changé d'un pouce
il parait qu'on ne peut pas retapisser une nouvelle année
c'est pas ça qui me fait peur
de toute manière, je n'ai jamais aimé les murs
 


Dimanche 1 janvier 2017

L'humeur du dimanche : Brouillon

 


Dimanche 11 décembre 2016

Journal aléatoire #28
 

Hier fut une journée vin. Peut-être pour colorer un peu le blanc du ciel? Vin d'après-midi pendant l'interview avec Fred, vin chaud d'après marché de noël au Jaja Divin, vin du soir douillet avec Anne-Sophie et Céline, puis café. Plusieurs cafés alors que le soir a déjà basculé dans le début de demain. Cafés encore à m'en blanchir la nuit et c'est aussi bien ainsi. Ne pas gaspiller les heures qu'il me reste avant le départ. Bientôt 5 heures, les lampadaires dans la rue silencieuse, le château impassible et ce sprint de mots qui me cavale les doigts sur le clavier pour tenter d'atteindre la fin du roman. Regarder le jour se lever. Continuer. Et la ligne d'arrivée qui semble reculer, et mes yeux qui brûlent. Peut-être n'est-il pas possible de terminer un roman un jour de ciel timide en guettant l'heure du train? Bientôt une petite sieste, voiture 6 place 22, direction home sweet home où j'offrirai, je l’espère, un point final à mon manuscrit dans le dernier virage de l'année.

[Fin de la deuxième période de résidence - retour du journal aléatoire dès le 23 janvier]
 


 Samedi 10 décembre 2016

Journal aléatoire #27
 

Départ pour l’atelier d’écriture à Château Gontier. Quitter le cocon douillet de l’appartement et tomber dans les bras du brouillard. Il est partout, ce matin. Troupeau de fantômes dansants au-dessus de la Mayenne. Ils s’enroulent autour des ponts, s’engouffrent dans les rues. Une pagaille douce et blanche, tandis que sur le pare-brise de la voiture, une affichette m'attend. Dans ce nuage gigantesque au parfum d’hiver, le petit papier aux couleurs acidulées me propose une Tropical Party ce soir. Photo d’une plage, ananas et tongues sur fond de sable blond et mer turquoise. Tentation aux couleurs criardes dans le coton pâle du matin. Finalement, le mystère vaporeux du brouillard s’accorde mieux aux vêtements de mes humeurs. Les tropiques attendront. Je suis bien dans l’instant, dans l’ici. Le plus tard et le plus loin patienteront, s'ils le veulent bien. Rien ne presse.
 


 Vendredi 09 décembre 2016

Journal aléatoire #26
 

C’est un de ces soirs en forme d’hésitation. Pas à cause de la couleur du ciel ni des lumières en jets colorés sur la Mayenne. Juste une rivière en moi qui coule trop vite, trop fort, trop de bruit. Et tout se transforme en question. Manger, ou pas ? Dormir, ou pas ? Sortir, ou pas ? Ecrire, ou pas ? Et, pendant ce temps, l’eau coule, je n’entends pas les réponses. Je pousse le volume de la musique pour étouffer le vacarme. Elliott Smith. All cleaned out. On fait comment pour nettoyer, se débarrasser du bruit des pensées parasites ? Je redessine l’étincelle dans les yeux des personnes que j’ai fait sourire cet après-midi, me rappelle ces petites confessions livrées à demi-mot en fin d’atelier, les mercis, les à bientôt qu’on sait vains tout en les espérant. Le paradoxe de s’enfermer pour écrire quand on aime tellement l’humain. Alors, ce soir, sortir. Plus tard, écrire. Il sera toujours temps d’écrire, après avoir mordu dans le gras de la vie pour s’en nourrir.
 


Jeudi 08 décembre 2016

Journal aléatoire #25
 

Lycée, élèves, poésie. Des mots en vrac. Des émotions en pagaille. Feindre une certaine assurance (pour tromper qui ? et pourquoi ?) Ecouter, parler, honnêteté. Des mots, toujours une histoire de mots. Et finalement, je me dis, peut-être que le vrai finit toujours par piétiner le semblant.
On tremble, et après ? Ça veut juste dire qu’on est vivant. Faillible. Qu’on vibre aussi. Comme un arbre dans le vent. Il a soufflé doux-fort-beau, ce matin. Loin et longtemps, j’espère. Mais j’ai confiance en la poésie (beaucoup plus qu’en moi).
 

 


Mercredi 07 décembre 2016

Journal aléatoire #24

[à venir - mots toujours à l'état manuscrit dans mon petit carnet]
 


Mardi 06 décembre 2016

Journal aléatoire #23
 

Maman venue de Bretagne pour me rendre visite ici, découvrir ce que je fais de mon temps durant la résidence, découvrir ce qu'est une résidence d'écriture. Nous vadrouillons dans la ville et je me rends compte à travers ses yeux que je me sens un peu chez moi ici. Un autre chez moi. Un autre univers. Et aucun n'empiète sur l'autre, les choses s'emboitent, se complètent. Je me rends compte à travers ses yeux à quel point je suis bien ici. Accueillie, entourée, mais pas étouffée. La juste dose de sérénité dont j'avais besoin. Non, je n'enjolive pas. Il y a forcément de l'imparfait, du bancale. La chaise où je passe des heures à écrire a le dossier cassé, je ne peux pas m'y appuyer. Il me manque quelques objets ordinaires, un endroit où suspendre ma serviette après la douche, un plat qui supporte le passage au four, un lit fonctionnel pour accueillir des visiteurs, éventuellement une bouilloire, un micro-ondes. Il ne me manque rien, en réalité. On découvre comment se passer de ce qu'on considérait comme nécessaire. On s'adapte. On apprend forcément, lorsqu'on change de lieu, d'habitat, de circonstances. On apprend sur soi. On grandit. Je me rappelle une institutrice qui me rapportait les paroles de ma fille après qu'elle avait demandé aux élèves "C'est quoi, vivre?". "Evoluer", avait répondu ma fille. Oui, elle avait sans doute deviné intuitivement que lorsqu'on se fige, on ne vit plus vraiment.
 


Lundi 05 décembre 2016

Journal aléatoire #22
 

« A quoi ça sert de faire les yeux doux à l’avenir comme un imbécile ? Sûr que si le présent, qu’est là, à tes côtés, tu lui accordes pas la moindre attention, tu passes ton temps à lui reprocher ceci et cela, il va finir par ne plus trop avoir envie d’être ton ami. Sûr que si tu balances tout ton amour, tous tes espoirs, dans un truc qui n’existe pas et n’existera peut-être jamais, t’as pas fini d’être malheureux. »
« Tu me fais chier avec ton moment présent à savourer. Parfois, il a un sale goût, le moment présent. Parfois, il est insipide. Et puis, merde, on a bien le droit de rêver ! »
J’écoute des gens qui n’existent pas parler à l’intérieur de moi. Je ne prends pas part. De toute manière, ils ne m’écoutent pas. Je me demande si c’est ce roman que j’écris qui les fait parler de plus en plus souvent, ou si c’est parce que leur présence devenait encombrante que j’ai décidé d’écrire ce roman. La question de l’œuf et la poule. Qui était là le premier ? Qui a commencé ? Les réponses n’ont pas d’importance. L’avenir le dira peut-être. En attendant, il y a un présent à ne pas froisser.
 


Dimanche 04 décembre 2016

Journal aléatoire #21 feat L'humeur du dimanche : flingue à la main

Descendre les ordures, c'est beaucoup plus facile qu'on ne l'imagine


[Laval, décembre 2016, Photo Marlene T.]
 


Samedi 03 décembre 2016

Journal aléatoire #20
 

Cet après-midi, le nez à la fenêtre, j'ai assisté au passage d'un cheval en habit médiéval (peut-être annonçait-il l'arrivée d'un prince ?). J'ai assisté à une course de trottinette entre un papa punk et son petit vainqueur par forfait (Le papa, n'ayant pas su négocier le virage au bas de la pente, s'est retrouvé à manger l'asphalte en riant). J'ai assisté à une dispute entre une vieille dame et son caniche, argumentant chacun à leur tour ("Non, je ne suis pas d'accord, tu ne m'auras pas aussi facilement", a dit la vieille dame. Mais je n'ai pas compris ce qu'a répliqué l'animal). J'ai assisté à une demande en mariage (en tout cas, ça y ressemblait, il y avait une bague dans une petite boite et un genou posé au sol juste au pied du château. Je me suis demandé si le jeune homme n'était pas le prince annoncé un peu plus tôt par le cheval. Un prince en blouson noir et boucle d'oreille, ça aurait eu de l'allure).
Plus tard, par une autre fenêtre, au-dessus des toits, j'ai vu les lumières de camions de pompiers ou police (j'avoue ne pas m'y connaître en gyrophares) et leurs lumières clignotantes se confondaient avec celles en ruban du pont Aristide Briand sur la Mayenne, leur faisant perdre toute forme de gravité, accéder à une certaine sérénité étrangement macabre. J'ai vu aussi un homme chargé d'un énorme sac de plumes blanches, des plumes d'ailes d'ange peut-être, et je me suis demandé s'il revenait du Marché des Lumières, Place de la Trémoille, à essayer de vendre à prix raisonnable une forme factice de rédemption. Je me suis demandé si j'aurais eu l'envie ou les moyens de lui acheter quoi que ce soit, demandé si on avait tous conscience d'être forcément moins bon qu'on ne le prétendait.
 


Vendredi 02 décembre 2016

Journal aléatoire #19
 

Finalement, ce n'est pas si difficile de faire rire les gens, même quand on pleure en secret sur l'envers des yeux. J'ai pensé à ces comédiens qui habitent parfois la peau du personnage qu'ils jouent. Devoir jouer un rôle par obligation professionnelle. Rencontrer des gens, des vrais, doux, forts, fragiles, passionnants jusque dans leur discrétion. Les écouter et finir, grâce à ce petit monde magnifique, par ne plus entendre ce qui se passe en moi. Ne pas laisser la paix s'échapper dans le silence. Reprendre l'écriture à peine rentrée. D'autres voix pour empêcher le chaos de reprendre le pouvoir en moi.

 


Jeudi 01 décembre 2016

Journal aléatoire #18
 

Est-ce qu'on peut être plusieurs personnes à l'intérieur d'une même peau ?
Vivre des vies parallèles, même si virtuelles ?
Est-ce que c'est un peu ça, écrire ?
J'avoue que dans le foutoir de ma vie réelle, être plusieurs dans ma tête est parfois d'un grand secours...

 


Mercredi 30 novembre 2016

Journal aléatoire #17
 

Le soleil, encore, toute la journée. Le froid de l’air et la chaleur humaine, plus douce que celle des radiateurs électriques. Deux journalistes aujourd’hui, et j’en sais sans doute plus d’elles qu’elles n’en savent de moi. Je me dis que ça fait aussi partie de ma panoplie d’auteur. Que ça fait partie de ma panoplie d’humain, surtout. J’aime écouter. Les gens parlent lorsqu’ils se sentent en confiance, et je sais les mettre en confiance. J’ai toujours préféré écouter. Peut-être aussi que je ne sais jamais trop quoi dire.
Il n’est pas très tard mais la nuit est déjà bien installée. L’envie d’une balade dans le Laval by night. Les illuminations ont ce genre de beauté gracieuse qui apaise. La musique dans les rues me donne l’impression d’être dans un film. Je marche en rythme et redescends tranquillement les pentes vers l’appartement où je vais reprendre l’écriture du roman qui touche à sa fin, enfin.

 


Mardi 29 novembre 2016

Journal aléatoire #16
 

Hier soir, coup de téléphone d'un professeur de lettres passionné/passionnant pour préparer l'intervention que je vais faire dans sa classe. Demain, deux rendez-vous avec des journalistes, à 11 heures puis à 15 heures. Broder des réponses, jouer à l'auteur, me sentir engoncée dans cet habit-là, mais cela fait partie de la résidence. Et les échanges sont parfois si riches, étonnants, nourrissants, que j'aurais tort de persisiter à faire l'ermite.

 


Lundi 28 novembre 2016

Journal aléatoire #15
 

Retrouver les grincements taquins du parquet, sourire au bleu intense du ciel, mettre un peu d'eau à chauffer dans la casserole pour le thé, réinvestir l'espace en douceur, poser les livres, les bouteilles de vin à partager, passer voir les filles de Lecture en Tête, affronter dignement le vent au pied du château qui ne frissonne pas, allumer les petites lampes, la bougie parfumée, augmenter un peu le chauffage, passer un croque-monsieur au four, brancher l'ordinateur, sortir les cahiers, les papiers, les notes en vrac, m'y remettre.

 


Dimanche 27 novembre 2016

L'humeur du dimanche : prendre des résolutions

 


Vendredi 25 novembre 2016

Collection Métèque présente : "soleil levant crépuscule de tout"

Une superbe monographie sur le photographe Toshihiro Okada
accompagnée des textes de onze auteurs

Format à l’Italienne 300*200mm
Papier Munken Artic volume paper, 150 grammes
Couverture brochée – Hard book
120 pages

Disponible dès aujourd'hui ! Plus d'info ici
 

 


Jeudi 17 novembre 2016

La piscine

La Piscine revient avec un deuxième numéro et c'est pas la saison ni les températures qui vont nous empêcher d'y plonger ! Le sommaire est énorme et les surprises vont être belles, crois-moi. Pour en savoir plus et précommander le numéro, c'est par ici. Aller viens, on se jette à l'eau !

 


Mardi 15 novembre 2016

Sauvage(s)

A ne pas manquer, ce recueil collectif à paraitre bientôt chez ONiva éditions, des histoires mordantes, des pages à rebrousse poil et les superbes illustrations de Dorothée Richard. Fais pas l'animal, fonce !
Toutes les infos ci-dessous :


Lundi 14 novembre 2016

J’emmerde le destin [new]

Finalement
Les coïncidences heureuses (ou pas)
Ne sont que des hasards comme les autres
 


Dimanche 6 novembre 2016

L'humeur du dimanche : Un jour + un jour + un jour + ...

 


Mercredi 2 novembre 2016

Des vagues et des mots

Georges Guillain, créateur du Prix des découveurs, me fait l'honneur d'une belle lecture de "Lame de fond" (éditions La Boucherie Littéraire) à découvrir ICI (avec d'autres superbes idées de lecture)

 


 Mardi 1er novembre 2016

Cette personne

Regarde-toi dans le miroir :
Cette personne-là compte sur toi
Pour l’emmener où elle le souhaite
 

 


Dimanche 30 octobre 2016

L'humeur du dimanche : Trouver un moyen de s'assoir sur les nuages


[Image by Charlie Davoli]

 


Samedi 29 octobre 2016

Docile

Tu attends là, presque docile, installée dans ta peau comme dans une petite salle d’attente. Tu t’impatientes un peu, parfois. Tu regardes ta montre, tu regardes les jours qui coulent comme des grains dans un sablier. Tu attends là. Comme si quelqu’un allait venir te chercher, te prendre par la main, t’appeler par ton prénom, te prévenir que c’est ton tour. Comme si quelqu’un allait t’annoncer avec un sourire professionnel que ton cœur et tes dents sont en parfait état, que c’est bon, tu peux vivre maintenant ! Mais il n’y a ni rendez-vous à prendre ni permission à demander lorsqu’il s’agit de vivre. Ouvre les portes, les fenêtres, les bras, les yeux. Respire l’horizon, embrasse l’aube, bois le ciel et colorie la mer. Navigue, va aussi loin que possible, même immobile. Escalade tes rêves et écoute le vent. Il reste tellement à faire avant qu’un jour décide, sur un coup de tête, de devenir ton dernier.
 


Vendredi 28 octobre 2016

Nuage

Un cloud réalisé ICI avec l'ensemble de mes textes de la série "Un jour, j'ai pas dormi de la nuit"

RQ: En dehors de l'esthétisme de l'objet, la visualisation graphique de la fréquence d'usage des mots peut s'avérer utile en phase de relecture. La chronique d'un de mes recueils paru l'an dernier avait pointé du doigt le fait que le mot "rêve" revenait souvent. Sans cette chronique, je n'en aurais pas pris conscience. C'était sans doute un choix inconscient, c'était peut-être également une maladresse, ou une répétition que j'aurais tempérée si je l'avais remarquée plus tôt...
 


Jeudi 27 octobre 2016

J'emmerde le rationnel [new]

Souvent
je suis plus lucide
quand je rêve
 


Mardi 25 octobre 2016

Toi/Moi

C'est pas pour toi que j'écris
Ce toi planqué en moi depuis tout ce temps
Un toi chair dans ma chair
Ce n'est ni pour toi ni contre toi
Peut-être un peu contre toi, c'est vrai
Tu sais qu'il m'arrive de t'en vouloir
D'avoir tenté de me protéger
En forçant le silence dans ma mémoire
Mais il m'arrive aussi de te sentir trembler
Sous le poids des souvenirs
Et d'avoir envie de t'aider à mon tour
[Extrait de "Amnésies", recueil en cours]

 


Mercredi 19 octobre 2016

Mot barré #57


Mardi 18 octobre 2016

J’emmerde les insomnies [new]

Est-ce que je n’ai pas dormi
Parce que personne n’a rêvé
De moi cette nuit ?
 


Lundi 17 octobre 2016

L’espace

Retour au point
Final
De départ
Je ne comprends pas
Vraiment pourquoi
On parle de
Nouveau départ
Alors que
Chaque départ
Est nouveau
Du premier
Au dernier

La vie est
Un peu comme
Un long texte
En prose avec
Des points et
Des majuscules et
J’ai parfois
La sensation
Etrange
D’habiter
L’espace étroit
Entre les deux
 


Dimanche 16 octobre 2016

Journal aléatoire #14


 

Dernier jour de la première période de résidence à Laval. Le temps a pris son temps, mais il a vite passé, pourtant. Chargé et paisible à la fois. Je suis arrivée sous un grand ciel bleu et repartirai sous la pluie. Après le thé du premier jour, le café du départ. Bientôt l'heure du train de retour et j'ai presque déjà hâte de revenir. [La suite à partir du 28 novembre]

 


Samedi 15 octobre 2016

Journal aléatoire #13
 

Peut-être qu’il faudrait parler et écrire, non pas avec juste des mots, mais avec le jus de notre propre viande, avec le suc de nos os brisés, parfois mal recollés. Parler et écrire avec l’arrondi des sourires. Utiliser tout notre pouvoir pour aider le mot à dépasser sa propre frontière. Peut-être qu’il faudrait écouter et lire encore plus fort que ça. Au-delà du mot.

 


Vendredi 14 octobre 2016

Journal aléatoire #12

De retour d’un atelier d’écriture, je vais acheter deux-trois bricoles à l’Intermarché du centre. Devant moi, un type et ses trois bouteilles de vin. Cinq euros trente-cinq, lui dit la caissière. Il glisse sa carte dans le lecteur et ça ne marche pas. Ses mains tremblent. J’ai dû faire une erreur, il dit, puis il recommence. Ça ne marche pas. La caissière prends un air agacé et le type tremble de plus en plus, dit qu’il va payer en liquide, panique, n’a qu’un billet de cinq euros, fouille dans ses poches. Les gens s’impatientent et soupirent. Je lui tends trente-cinq centimes en me demandant qui je soulage et si vraiment je fais le bon geste. Est-ce une bonne chose de faciliter l’alcoolisme évident de cet homme ? De tenter d’apaiser l’agacement de la caissière et l'impatience des clients ? Je ne sais pas. Mais dans l’urgence de la non réflexion, ça m’a simplement semblé le geste le plus humain.
En regardant une vidéo datant de mon premier passage par Laval en 2013, je réalise qu’il y a trois ans, j’avais déjà entamé l'écriture de ce deuxième roman. « Les voix ». J’avais déjà une idée de ce qu’il deviendrait, mais pas une idée complète. D’ailleurs, puisqu’il n’est pas terminé, je sais qu’il peut encore me réserver des surprises. Je sais aussi qu’il peut ne jamais exister, je veux dire, jamais exister ailleurs que dans mes cahiers. Tout dépendra d’un éventuel éditeur. Ecrire est une chose. Défendre son travail, chercher à le « vendre » comme une paire de chaussure ou un sachet de coquillettes en est une autre. Je n’ai jamais été très douée dans ce domaine. Et, finalement, ce n’est pas ce détail qui freine mes gestes. J’écris. Quoi qu’il arrive. Envers et contre toute forme de bon sens, peut-être.
 


Jeudi 13 octobre 2016

Journal aléatoire #11

Dans un moment de lucidité féroce, un de ces instants que je n’aime pas – Trop froids. Blancs et rigides, comme l’intérieur d’un hôpital – je me dis que je n’ai pas une vie, mais au moins trois en moi. Ma vie privée que peu de gens connaissent vraiment, et surtout pas ses travers. Ma vie d’auteur, il faut bien y faire face durant une résidence d’écriture. Et ma vie virtuelle, celle dans laquelle je ne suis que le porteur des paroles des personnages qui m’habitent. S’ajoutent à ça les rêves, les espoirs, les peurs et les vieux démons. Qui se nourrit de quoi ? Je n’ai pas de réponse. Chaque jour est le premier jour du reste de ta vie, ils disent. J'ignore quand tout ça s’arrêtera, mais je ne suis pas pressée.
 


Mercredi 12 octobre 2016

Journal aléatoire #10

La cloche sonne. Un coup chaque quart d’heure. Quatre coups à heure pile. Quatre coup d’on ne sait quelle heure au juste, si ce n’est en observant baisser le soleil. Une manière de mesurer le débit du temps. Ce dernier quart d’heure, j’ai écrit à peine plus de deux phrases. Une chance – ou pas – me dis-je, que les auteurs ne soient pas payés au temps de travail. Parfois même pas payés du tout. Il faut foutrement aimer ça, je veux dire jusqu'au plus profond de sa chair, pour passer autant de temps à inventer des histoires qui ne mèneront peut-être nulle part, pas même jusqu’aux pages d’un livre. Un peu comme une petite manière de devenir parent, mettre des enfants au monde, rêver pour eux d'une vie douce sans la moindre assurance qu'on saura les y mener.
J’ai la gestation littéraire plus longue que la gestation maternelle, et dans un cas comme dans l’autre, je me sens paumée, impuissante. Je doute souvent. Très souvent. Mais je persiste à tenter de donner le meilleur de ce qui m’habite. Beaucoup d’amour et d’honnêteté. Sans être jamais certaine de rien. On ne fait tous qu'improviser, quelle que soit l'énergie qui nous pousse.
 


Mardi 11 octobre 2016

Journal aléatoire #9

Treize heure trente. Je me sers un deuxième café. Besoin d’une pose dans l’écriture. J’ouvre la fenêtre de la cuisine. Courant d’air frais. Une adolescente passe, des papiers à la main et un sac sur le dos. Elle récite, révise à voix haute, se colle deux gifles et reprend sa lecture en haussant un peu le ton. L’envie de descendre dans la rue et la prendre dans mes bras. La rassurer, tout va bien se passer. Et ce serait peut-être un mensonge. Parfois les choses se passent mal. Mais elles se passent. Elles passent. Pour rien au monde je ne voudrais retourner à l’âge de cette jeune fille. Heureusement, les choses sont bien faites, on avance, on ne fait qu’avancer. Le passé, on n’y remet les pieds que virtuellement, et c’est déjà bien assez.
 


Lundi 10 octobre 2016

Journal aléatoire #8

J’arrose l’orchidée qu’on m’a offerte samedi à la bibliothèque de Fougerolles du Plessis. Je l’ai déplacée. Plus près de la fenêtre. Elle aussi, elle aime regarder ce qu’il se passe dans la rue. Quasiment pas mis le nez dehors aujourd’hui. Juste le temps de respirer un peu l’air frais, observer les jets d’eau sur la Mayenne et prendre quelques murs de la ville en photo. Je crois que le dehors entre suffisamment en moi pour que je ne ressente pas le besoin d’aller à sa recherche. Le dehors vrai, mais aussi le dehors fictif qui m’habite, me submerge parfois. Je reste à l’écoute de l’un comme de l’autre. Nous avançons ensemble, et peu importe où cela mènera.
 


Dimanche 9 octobre 2016

Journal aléatoire #7

A peine une semaine et j’ai déjà mes habitudes ici. Mes repères.
Punaisé au-dessus de la table de "travail", un portrait signé SOFI. Pas tout à fait un portrait. Juste la partie supérieure d’un visage. Un regard. Probablement celui de Makenzy. En tout cas, ça lui ressemble. Le dessin trainait, affalé sur le manteau de la cheminée, quand je suis arrivée. Maintenant, il veille sur moi. Sofi, Makenzy. Des présences, un regard. Juste ce qu’il faut pour tempérer, par instant, la solitude dont j’ai besoin.
 


Samedi 8 octobre 2016

Journal aléatoire #6

Le samedi s’éteint doucement. Des petites lumières dans l’appartement, pas de plafonnier, je n’aime pas. Trop blafard, trop cru. Tout à l’heure, une jeune femme aux cheveux verts est passée dans la rue avec sa guitare. Elle jouait et chantait en marchant tranquillement. J’ai ouvert la fenêtre pour l’écouter. Pas longtemps. L’air est frais, ici. Hier soir, très tard, un type ivre s’est arrêté pour pisser au pied du château, puis il est reparti en tanguant dangereusement. Je regarde souvent par la fenêtre. Pas l’habitude d’une vie en centre ville. C’est étrange, amusant, inspirant. J’observe sans prendre part. Ça me suffit. La solitude n’est pas une maladie honteuse – ou quelque chose dans le genre, disait Thiéfaine. Pourtant, les gens trouvent ça triste, en général. Je ne me sens pas seule. Juste ce qu’il faut de contact humain. Et puis Mary et Franck me tiennent compagnie, me racontent leur histoire. Je les écoute, les écris. Un jour, peut-être, ils vivront leur vie de papier.
 


Vendredi 7 octobre 2016

Journal aléatoire #5

Des barrières ont été installées en fin de journée. Maintenant, je sais pourquoi. Ils déboulent dans la pente depuis la place de la Tremoile, en gilet fluos, une lampe accrochée au front, le martellement de leurs pas et les cris de ceux qui les encouragent. Il fait nuit. Je les observe par la fenêtre. Les coureurs en file indienne comme une longue guirlande cavalant au travers de la ville. Des voix dans un micro, quelque part, là-haut. Un brouhaha festif. J’ignore ce qui se trame, mais le spectacle est étrangement beau. Un fumeur accoudé à la fenêtre d'en face me fait signe. Je lui fais signe. Les choses sont douces et lumineuses. Je n’en demande pas plus.
 


Jeudi 6 octobre 2016

Journal aléatoire #4

Les jours défilent étrangement vite. Visite de Marianne Desroziers, une amie auteure, aujourd'hui. Une salade improvisée, la mozzarella qui colle aux doigts, le parquet de l'appartement qui grince, le ciel clément, les balades dans les pentes du vieux Laval et des discussions légères et profondes. L'ordinaire, ses douleurs et ses petites joies nous concernent tous, tu sais. Marianne m'a accompagnée à la bibliothèque pour préparer mon blabla de dimanche sur le thème "les livres et le rock". J'écoute Nick Cave. Impossible de ne pas penser à son gamin mort, tombé des falaises de Brighton. Je parlerai, ce week end, de son bouquin "La mort de Bunny Monroe" qui se passe également à Brigthon. Douleur au ventre. Parfois, je me demande ce qui nous pousse à inventer des histoires, à en écrire, alors qu'elles sont ici, partout, dans le terreau fertile de la réalité. Je vais retourner à mon roman, pourtant. Il y a des forces invisibles contre lesquelles il est difficile de lutter.
 


Mercredi 5 octobre 2016

Journal aléatoire #3

Un grand ciel bleu toute la journée. Je suis montée, pente raide depuis l'appartement, jusqu'à la place de la Tremoile, au dessus du château. Je cherchais la rue dans laquelle se trouve un bar clandestin où j'étais allée en avril dernier avec toute la bande du festival. Makenzy m'avait raccompagnée au milieu de la nuit jusqu'à l'hôtel, jalonnant le parcours de commentaires. "Une épicerie ouverte presque toute la nuit, ça te sera utile pendant la résidence ! Radio France Bleue où on te fera venir tôt, beaucoup trop tôt le matin pour te poser des questions parfois un peu cons... Un bar sympa, là, au bout de la rue. Tu te rappelleras?" Non, je ne me rappelle pas tout, sauf que cette nuit là était particulièrement douce et qu'elle semblait éternelle. Je n'ai pas retrouvé "Chez Valérie", le bar clando, mais un chat tigré est venu me caresser les chevilles. On a bavardé un moment en silence puis je suis rentrée, j'ai mis la musique un peu fort et ai repris le travail sur "Les voix". Le roman prend forme, semble un peu plus docile, me laisse le modeler, le sculpter. Il me hante aussi un peu. Les nuits sont courtes, mais je me fais réveiller en douceur le matin par les pigeons qui viennent cancaner sur le rebord de ma lucarne.
 


Mardi 4 octobre 2016

Journal aléatoire #2


 

C’est peut-être les deux étages sous mon plancher nouveau, les pentes de la ville, descendre là, monter ici. Oh, pas très vite, c’est le rythme qui me suit, pour une fois, pas le contraire. C’est peut-être les quelques mouettes égarées, même si la mer n’est pas tout près, ou le soleil qui entre en biais dans la grande pièce en fin de journée, la Mayenne qui coupe la cité en deux comme une artère paisiblement vitale. C’est peut-être le silence fait de mille petits bruits inconnus, la solitude douce, la musique à grand volume parfois dans le vide du vaste appartement. C’est peut-être moi qui penche, imperceptiblement, avec au creux du ventre la sensation que c’est du bon côté.

 


Lundi 3 octobre 2016

Journal aléatoire #1


 

Laval. Premier jour de résidence. Chercher les repères. Noyer les doutes dans un verre de thé. Me dire qu'étrangement, certains débuts coincident avec des fins. Me faire une raison. Rester aussi calme que possible dans la gueule de ma tempête personnelle. Fouiller les poches du temps pour y dénicher les surprises qu'il me réserve forcément. Ne pas chercher à accélérer le mouvement. Tout vient à point à qui sait apprendre de ses douleurs. Rue du Val de Mayenne. A deux pas, un pont, et l'eau qui coule toujours au-dessous. J'y crache mes aigreurs et repars plus légère. Au deuxième étage de l'immeuble vide, une lampe discète et un roman à finir d'écrire m'attendent.
 


Dimanche 2 octobre 2016

L'humeur du dimanche : Apnée


[Tu ne peux pas respirer - alors tu écris]

 


Samedi 1er octobre 2016

Soumettre à la liberté

Je ne donne pas corps
à mes rêves
je laisse les rêves
prendre possession
de mon corps

 


Vendredi 30 septembre 2016

Mot barré #56

 


Lundi 26 septembre 2016

Revue La Piscine

Voilà, le sommaire du prochain numéro de La Piscine est annoncée et j'ai une joie folle de m'y trouver en fort belle compagnie ! Ce sera sur le thème "L'âme des lieux sans âmes" et on t'en dévoile un peu plus par ici :


 


Dimanche 25 septembre 2016

L'humeur du dimanche : Poétique

De retour de Matheysine où je participais à la deuxième édition de "Poésie en Matheysine", je reviens avec un rhume, le souvenir d'une araignée énorme, le goût des croissants au beurre, la voix des poètes, les regards complices, la créativité des enfants et quelques bouquins déjà bien picorés dont l'unique (pour l'instant) traduction disponible à ce jour d'un recueil de Billy Childish (que je convoitais déjà depuis un bout de temps - le recueil, pas Billy - quoique...)

On le trouve aux éditions Gros Textes, et si tu te demandes encore qui est ce Billy Childish, vas voir ce que j'en dis par ICI

 


Samedi 24 septembre 2016

J'emmerde l'affrontement [new]

Dans le face à face
souvent je fais
profil bas

 


Jeudi 15 septembre 2016

Magic Trick

Ma petite chronique de l'album "Other man's blues" à lire chez Casbah Records


 


Dimanche 11 septembre 2016

L'humeur du dimanche : Ce qui se cache dessous


[Image Yuli Serfaty]

 


Vendredi 9 septembre 2016

Mot barré #55

 


Mercredi 7 septembre 2016

Amnésie(s)

Souvenirs de peu
Souvenirs de guère
Les images à demi effacées
De quelques timides combats
A âmes inégales
Je n’étais pas de taille à lutter
[Extrait de "Amnésie(s)", en cours]
 


Mardi 6 septembre 2016

Une histoire de timing ?

Le choix
Des mots
Ment
 


Lundi 5 septembre 2016

Des trucs à lire ici ou là, bientôt ou un peu plus tard
Quelques sommaires dans lesquels tu me trouveras
 

  • Fanzine "Violence" créé et dirigé par Luna Beretta
    Une soirée de lancement est prévue le 30 septembre (plus d'infos bientôt)

 


Commander à : accueil@maisondelapoesiedeladrome.fr

 

  • N°105 de la revue d'art Le Sabord sur le thème "L'aube"

 

 

  • Une chronique du dernier album de Magic Trick "Other man's blues" à lire bientôt chez Casbah Records



 

  • Et celle qu'on attend impatiemment, La Grosse, avec Christophe Siébert aux manettes, "Mille pages de littérature et de dessin malpolis. Un kilo d'underground taillé comme une brique - ou comme un pavé dans la mare du bon goût." Mais pour ça, faudra attendre 2017!


 

Et d'autres choses encore sont probablement à venir, je t'en parle bientôt...
 


Dimanche 4 septembre 2016

L'humeur du dimanche : Puiser l'énergie à sa source


Mercredi 31 août 2016

Ici et là, bientôt

Les 24 et 25 septembre, je serai en Matheysine (du côté de Grenoble)

Puis début octobre, je file en résidence à Laval avec l'association Lecture en tête

Et les 22 et 23 octobre, je serai dans le Luberon pour la 2eme édition de Poésie Nomade

Alors si tu es dans les parages, n'hésite pas à venir me faire signe ! Et si ce n'est pas le cas, ne t'en fais pas, je continuerai, autant que possible, de nourrir le nuage !
 


Mardi 30 août 2016

Identique

Non, on ne part pas pour mieux revenir
Ni pour revenir mieux
On part pour s'en aller réellement
Et quitter des lieux, des personnes,
Des souvenirs toxiques
On part pour tenter de survivre
Et on a parfois la chance
De pouvoir résister à la tentation
De revenir
Identique
Dans l'identique
 


Dimanche 28 août 2016

L'humeur du dimanche : La légèreté

"Plus je vieillis et plus je trouve qu'on ne peut vivre qu'avec les êtres qui vous libèrent et qui vous aiment d'une affection aussi légère à porter que forte à éprouver."
[Albert Camus,17 septembre 1957 - in Albert Camus, René Char. Correspondance 1946-1959]
 


Samedi 27 août 2016

Mot barré #54


Vendredi 26 août 2016

Il disait

Il disait qu'il m'aimait
Je me souviens des mots, pas de la voix
Il le disait après, d'un air un peu triste
Jamais avant
Avant, il était comme enragé
Un animal affamé et, ma peau
Il disait qu'elle sentait tellement bon
Il le disait avant
Je me souviens des mots, pas de la voix
[Extrait de "Amnésie(s)", en cours]
 


Dimanche 21 août 2016

L'humeur du dimanche : après la pluie


 


Vendredi 19 août 2016

Tout reste à faire même si c’est pas grand-chose

Ouvre les yeux
Respire
Redresse-toi
Attrape-toi par le colbac s’il le faut
Te laisse pas tomber
Regarde
REGARDE
Ailleurs
De l’autre côté, vers l’extérieur
Le monde est plus grand que ces univers en guerre sous ta peau
Tu n’es pas une fin en soi
Tu n’es pas une fin
Ni un début
A peine un épisode
(un peu raté)
Ecris la suite
Invente-toi
Crée quelque chose au lieu de te détruire
Rien ne pourra être recommencé
Tout reste à faire même si c’est pas grand-chose
Même si c’est juste peindre les culottes de grand-mère étendues dans le jardin voisin
Même si c’est juste recomposer la mélodie du silence

 


Mercredi 17 août 2016

Sutures

Est-ce que ce sont les langues
Qui se trompent
De mot ?
De sens de rotation ?
Tu tires sur l’instant pour l’allonger
Et il te claque entre les doigts
L’important, c’est pas la liberté dont on se prive
Mais celle qu’on ravale comme une fierté empoisonnée
Et dans la nuit des corps absents
Tu cherches l’endroit de la blessure
Tu sutures les peaux mortes
Mais l'ombre continue de saigner sur la lumière

 


Mardi 16 août 2016

Poussière de vie

Si j’étais moi, je veux dire un moi entier, sans les trous noirs dans la galaxie de mon crâne, je pourrais raconter l’histoire en entier, ton histoire mienne, mon passé tien que je ne maîtrise pas, ces univers blessés, les comètes, les planètes invisibles, les météorites, les cicatrices qu’elles ont laissé en forme de cratères, si j’étais un moi entier avec une mémoire entière, je pourrais être un univers, je pourrais être autre chose qu’une poussière de vie en suspension dans le néant.
 


Lundi 15 août 2016

Un arbre mort

Je déshabille le monstre en moi
La lumière me traverse comme un flacon
Et révèle la liqueur sous ma peau
J’ai la nostalgie de ce qui n’arrivera jamais
L’ailleurs est partout
Sauf ici
Et je reste plantée
Comme un arbre mort sans le savoir

 


Dimanche 14 août 2016

L'humeur du dimanche : Un peu perdue

 


Lundi 1er août 2016

Les mots

On colle des mots sur les choses
les instants
sur tout ce à quoi on cherche à
donner une forme compréhensible
contrôlable
mais il y a tellement de choses
d'instants
qu'aucun mot
aucune règle
ne saura jamais dire
 


Dimanche 31 juillet 2016

L'humeur du dimanche : Trouver le courage de rêver encore


[Londres mai 2016, photo Marlene T, affiche by Donk!]
 


 

Samedi 30 juillet 2016

Mot barré #53


 


Jeudi 28 juillet 2016

Le complément d’abject

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le corps à terre et la tête en orbite
Communication coupée
Apesanteur
Voyage dans la galaxie d’une éternité provisoire
La nacre des questions jamais posées
Hors de portée de l’injonction à l’obsession

Ne pas accorder le complément d’abject avec la peur
Le business de l’amour ne fait plus recette
La haine se vend par paquet de douze, comme les rouleaux de pq

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le risque d’intempérie qui torpille les torpeurs
La chute est fragile mais les reins sont solides
J’avoue, j’ai tué
Eventré le sens de la réalité
Etranglé mes sentiments
Décapité mes lâchetés

La socio-logistique, hangars pleins, regards vides
Gestion maladroite des stocks d’options
Il n’y a pas que vu du ciel que l’Homme est minuscule
 


Mardi 26 juillet 2016

La paresse des machines

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Embouteillages sur l’autoroute du sommeil
Pas d’aire de repos en vue
Les endorphines aphones
Et le silence incapable d’absorber mes peines de corps
J’hésitais entre épouvante et émerveillement
Le chagrin à géométrie variable

La mélancolie fade de ce qu’on a cru beau
Comme un ciel ordinaire à travers des vitraux
L’étrange n’est pas toujours surprenant

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Perdue dans la traque frénétique de l’instant
Qui à lui seul vaudra d’avoir vécu
Et qu’est-ce qu’on en sait, au fond
S’il n’en viendra pas de meilleurs ?
A quoi bon dissoudre les restes d’espoir ?
Se laisser contaminer par la médiocrité ?

On ne parle pas assez de la paresse des machines
Ni de notre lente métamorphose
Face à ceux qui domptent les rêves comme des animaux dociles
 


Dimanche 24 juillet 2016

L'humeur du dimanche : Souris, c'est l'été

[Pour écouter "In the summertime", c'est ICI]

 


Vendredi 22 juillet 2016

J'emmerde la vérité nue [new]

Je milite activement
pour la réhabilitation
du mensonge par omission
 


Jeudi 21 juillet 2016

En attendant la fin de l’histoire sans fin

Le choc des soirs
Le poids des matins
L’écho des fureurs contre la paroi blanche des nuits
Construire un mur autour
L’articulation ne résout rien quand les mots sont prisonniers
J’écoute le bourdonnement d'un récit sans fin parce que jamais raconté
Il doit bien exister un moyen de crever la peau du passé
 


Mardi 19 juillet 2016

J'emmerde les calculs inutiles [new]

Et si les petits riens
Mis bout à bout
Faisaient un grand tout ?
 


Dimanche 17 juillet 2016

L'humeur du dimanche : un peu perdue


 


Jeudi 14 juillet 2016

J’emmerde l’ordre des choses [new]

Est-ce qu’il y a des larmes
qu’on mérite de
pleurer ?

 


Mercredi 13 juillet 2016

La croissance rapide du mépris

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Ça devient vite assommant, un spectacle ni-son-ni-lumière
L’horizon chauve d’une lune à zéro
Les nuances et les dégradés
L’intendance sentimentale
Le charme discret des valises sous les yeux
J’ai des bagages pleins de rêves
Mais aucun lieu de villégiature où les déposer

Je prête à confusion
J’emprunte à profusion
Je bosse en sous-marin à la cour des contes de fée

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Pas besoin de mobile valable pour tuer le temps
On est tous un peu rat de laboratoire sans le savoir
Imbroglios, subterfuges
Et tout ce qui favorise la croissance rapide du mépris
Les gestes mécaniques rouillés
Le porno chic, l’érotisme égotique
On confond parfois les reliefs de l’usure avec le paysage
 


Lundi 11 juillet 2016

La taille des attributs du sujet

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
La quête d’absolu en perdition
Je dilapidais mes derniers alibis
Le tassement imperceptible du refus
La fonte du corps défendant
Il arrive un moment où il faut affronter la canicule

Plus-très-vierge ascendant ex-frigide
J’ai l’oasis à sec
Le terrain qui divague
S’il te plait, déride-moi l’aride

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Je graduais l’intervalle entre la douleur et l’extase
Le plafond placide assistait au va et vient du rien
La métaphore de l’effort vain
La taille des attributs du sujet
Disséquer l’instant sans comprendre l’anatomie du plaisir

Ne me claudique pas le cœur
Contente-toi de me trébucher la peau
Epingle-moi le virage dangereux
Je voudrais goûter au vacarme de la collision

 


Dimanche 10 juillet 2016

L'humeur du dimanche : Choisir

"L'important ce n'est pas ce qu'on a fait de moi,
mais ce que je fais aujourd'hui avec
ce qu'on a fait de moi
"
Jean-Paul Sartre


[Source images ici]
 


Samedi 9 juillet 2016

L’éthique du narcoleptique

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Par chance, j’avais pas d’impératifs matinaux
Plus on cherche à m’orienter professionnellement
Plus je perds le nord au quotidien
Pas facile d’être aussi convertible qu’un canapé
C’est pas le manque d’ambition
Ni la nécessité d’aboutir à
Juste l’horizon qui recule à mesure que j’avance

Qu’est-ce que tu deviens ? C’est quoi tes projets ?
Les questions en conserve, sous vide de sens
Ça dépend, tu veux une réponse aseptisée ?

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
A défaut d’autre chose, je résumais les hypothèses
Je testais le principe d’inertie
Y a pas de mal à tenter d’apprivoiser l’immédiat
Un quiproquo est si vite arrivé
Les pilules à gober, le sirop contre tout
La puissance de l’industrie pharmaceutique
L’éthique du narcoleptique

Il y en a des qu’on n’endort pas si facilement
De la théorie à la pratique
C’est surtout le désespoir qui pousse à croire
 


Jeudi 7 juillet 2016

Mot barré #52


Mercredi 6 juillet 2016

Le cumul des tumultes

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Ma peau nue en guise de tenue de gala
J’ai imaginé un tapis rouge, une caméra
Remonter le drap sur mon cul, par pudeur
Couchée en chien de fusil
Brandir un flingue factice, mimer la scène, pan !
Jamais été très douée pour simuler la mort
La vie non plus, d’ailleurs

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
L’envie de me mettre au rouge
Le vert, c’est surfait
Sublimer chimiquement la douleur, m'évaporer
Lutter contre le cumul des tumultes
Et la détresse des cheveux qui évitent la caresse
J’ai fait voeux de brièveté
Pas certaine d’être exaucée
 


Mardi 5 juillet 2016

Mot barré #51


Lundi 4 juillet 2016

Consumons nous à outrance

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Cartes écarlates, tarot taré
Je préfère prédire mon avenir à la force du poignet
T’en fais pas, tout n’est jamais que provisoire
La taille des sexes, la durée de l’amour, on s’en fout
En électricité, ce qui compte, c’est pas la tension
C’est l’intensité

Coucher le soleil et le border
Tromper la lune
Brancher mon corps à la prise cardiaque

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Transe, présage, fétiche
Choisis ton arme
Consumons nous à outrance
Pyromanipulation, laser-épilation
Le définitif a son charme en période de crise
Soyons impénitent du spectacle amoureux

Une grande balafre en forme de sourire
Je me trouverai belle un jour
Quand les miroirs auront des dents

 


Dimanche 3 juillet 2016

L'humeur du dimanche : Ce qui pousse là-dedans

[Source image : Katepowellart]

 


Samedi 2 juillet 2016

L’écran totalitaire

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
Le présent en retard, timing aléatoire
Timidité d’un ciel pas encore né
Une scène hors champ, hors temps, hors propos
Je suis hors de moi, trop souvent
Et parfois, ça coute chair

Esquiver l’estival
Galvauder tes regards pour ne pas m’y abîmer
Le corps sage sous le chemisier

Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
La dévastitude du champ des possibles
Accoucher de cinq fruits et légumes de mes entrailles
L’arroseur arrosoir
Ecosser les petits poids sur la conscience
Du jus d’orage au coin des lèvres
Ta part d’innocence, mon surcroit d’ignorance

Cerner la lumière au-delà de l’écran totalitaire
Il y en aura toujours pour posséder le talent de
Réinventer la guerre
 


[Textes Précédents]